Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Il va se faire appeler Jules...

, 03:40 - Lien permanent

"Victoire... défaite... ces mots n'ont point de sens... Une victoire affaiblit un peuple, une défaite en réveille un autre". J'ai déjà eu l'occasion, par le passé, de rappeler cette belle pensée (extraite de Vol de nuit).

Nos Bleus, hier, ont connu la défaite, certes. Mais ils n'ont été nullement ridicules, et c'est tout ce qui importe. Et sans la bévue de Jules (ah ! Celui-là, je voudrais lui tirer les oreilles), le score eût pu être inversé.
Mais en face, ils ne nous ont rien montré de bien transcendant, à part du rentre-dedans (et des chandelles, domaine dans lequel ils excellent, c'est vrai).

Aussi, je leur promets l'enfer, l'année prochaine, au Stade de France. Et le poireau au derrière (poil au nez).

Vous allez voir ça, ce sera du spectacle ! Et du beau jeu !

 

 

[Mon blog redémarre, là où je l'avais abandonné. Et j'y injecte peu à peu mes pages "Actualité", rédigées depuis ce pathétique 7 mai 2012. L'explication de ce revirement est à trouver à la date du 1er décembre 2016, 20:20]

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet