Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Benyamin, dit Bibi

, 07:35 - Lien permanent

On sent que Le Monde, qui en tenait - comme tant d'autres médias français, achetés par je ne sais qui - pour la mise à mort de "Bibi", ne décolère pas depuis le cuisant démenti des urnes israéliennes opposé aux prétendus sondages, qui annonçaient tous son inéluctable défaite.

Ainsi le quotidien du soir a-t-il choisi, hier, de donner le lustre le plus éclatant à la déclaration dépitée d'un parfait inconnu, un certain Yasser Abed Rabbo, secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) - dont le but ultime, sauf erreur de ma part, est de foutre les Hébreux à la mer ; le sinistre Arafat n'avait d'ailleurs pas d'autre point de mire lui qui, au meilleur des accords d'Oslo, proclamait "la Judée et la Samarie d'abord" (sous-entendu : en attendant le reste).

Bref, le dénommé Rabbo a fait une tonitruante déclaration, que voici : "Israël a choisi la voie du racisme, de l'occupation et de la colonisation" (de la part d'un individu appartenant, par son ascendance, à l'un des plus vastes mouvements de racisme et de colonisation que l'histoire ait connus, c'est vraiment piquant).

Mais cette parole verbale serait passée complètement inaperçue si Le Monde n'avait décidé de la publier et, surtout, d'y ajouter son grain de sel : "Propos cinglants tenus mercredi par Yasser Abed Rabbo, à la suite de la victoire de Benyamin Nétanyahou aux élections législatives anticipées".

Cinglants, en effet, lorsque l'on voit les Arabo-Musulmans mettre à feu et à sang les quatre coins de la planète, s'acharner sur les civilisations anciennes, tuer ou expulser les chrétiens de territoires où leur présence est attestée depuis bien avant les invasions arabes !

Tenez, cela me rappelle l'indignation de Michel Onfray devant la déclaration éhontée des Musulmans français après "Charlie" : "nous sommes les premières victimes" ! Ben voyons !

Qu'on me permette donc, de mettre sous les yeux des ignorants, et Dieu qu'ils sont nombreux, un savoureux texte que j'extrais du quotidien communiste L'Humanité, en date du 14 juillet 1938 (on sent naturellement qu'on est encore loin - un an - du pacte germano-soviétique, et que les communistes français peuvent encore parler des "bandits hitlériens" - avant de leur faire allégeance) :

"En Palestine : attaquée, la troupe riposte à coups de mitrailleuse. Jérusalem, 13 juillet - De nouvelles et violentes bagarres se sont produites encore en Palestine. Des terroristes ont attaqué à coups de feu un autobus juif, près de Haïfa ; les voyageurs ont réussi à s'échapper. Un détachement de marins a été envoyé sur les lieux et a engagé le combat avec les agresseurs.
Dans la ville, quatre bombes ont été lancées dans différents quartiers. Une personne a été blessée. Un vieillard et une femme juifs ont été attaqués à coups de pierres : l'homme est mort à l'hôpital. Une petite synagogue de juifs irakiens a été incendiée et entièrement détruite : les fidèles ont réussi, au péril de leur vie, à sauver le rouleau de la Loi.
Les soldats britanniques ont livré combat dans la région d'Esdraléon à un important groupe d'Arabes. Une dizaine d'Arabes et trois soldats britanniques ont été tués. La tension qui règne à Haïfa a déterminé un exode des Juifs du quartier mixte. De nombreux évacués sont logés dans les bureaux de la communauté juive, etc. etc."

Et, plus bas, un autre article : "Les milieux britanniques ont maintenant la preuve que le financement des troubles en Palestine est effectué par l'Institut d'antisémitisme mondial d'Erfurt [en réalité : Centre mondial de propagande antijuive - SH], avec la complicité italienne et l'aide de nombreux émissaires italiens sur place".


Qu'on médite ces lignes, loin des affabulations du Monde et de ses protégés ; qu'on s'interroge sur la Palestine mandataire (la Cisjordanie, qui est bien loin d'être la Palestine biblique), confiée, après le partage de l'empire Ottoman, à la Grande-Bretagne ; qu'on note qu'aucune revendication étatique n'avait été formulée par les Arabes, sous le dit empire Ottoman. Qu'on prenne acte que le quotidien l'Humanité traitait, en 1938, les Arabes de Cisjordanie, non de "Palestiniens", mais de "terroristes" ; enfin qu'il y eut, à l'époque, une forte proximité entre les nazis et les Arabo-Musulmans.
Ainsi, on sera un peu mieux éclairé...

Bravo, Monsieur BIBI ! Il me plait souvent à souligner devant mes contradicteurs, lorsqu'on aborde le sujet de l’État d'Israël, que je suis admiratif du peuple israélien ; le seul qui ne tende pas l'autre joue lorsqu'il a reçu une gifle. Cordialement - Georges

 

[Mon blog redémarre, là où je l'avais abandonné. Et j'y injecte peu à peu mes pages "Actualité", rédigées depuis ce pathétique 7 mai 2012. L'explication de ce revirement est à trouver à la date du 1er décembre 2016, 20:20]

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet