Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Wallander, Kurt

, 04:30 - Lien permanent

En bon intellectuel, je fréquente souvent Arte (qui m'irrite, parfois, mais bon). Et j'apprécie particulièrement de me détendre devant les séries policières diffusées.

Il y a un certain temps, j'avais adoré les multiples mésaventures du docteur Robert Kolmaar, médecin légiste pas comme les autres apparemment, dans la série en 26 épisodes "Le dernier témoin" (close, je présume, à cause de la disparition prématurée de l'acteur vedette, Ulrich Mühe).

Assez récemment, la chaîne franco-allemande en est venue à s'attarder sur un policier intègre mais totalement désabusé, Kurt Wallander. Tiraillé entre un père tyrannique ("un être capricieux aux réactions imprévisibles"), une fille jamais avare de sarcasmes, et le souvenir douloureux d'une femme aimée qui s'est barrée avec un autre, Wallander (né de l'imagination fertile de l'auteur suédois Henning Mankell) observe avec effarement la déliquescence de la société au sein de laquelle il est chargé, pour ce qui le concerne en Scanie, d'assurer un minimum de paix publique.

Scotché devant mes étranges lucarnes lors de la diffusion d'épisodes tournés de l'autre côté de la Manche, j'en ai acquis les DVD (des deux premières saisons). Puis j'ai voulu voir ce que donnaient les œuvres originelles, et je me suis tourné vers "Les chiens de Riga" (Seuil/Points) : quelques facilités de l'auteur ai-je trouvé, mais un ensemble époustouflant, un suspense haletant qui vous tient pour ne plus vous lâcher - surtout quand on imagine les aventures du Commissaire avec, en tête, la performance de l'acteur Kenneth Branagh.

À consommer le cœur battant, sans modération !

 

PS 8 mai : Access denied - Nouveau piratage de mon site, et donc access denied durant quarante-huit heures. Avec mes plates excuses à mes lecteurs, réguliers ou occasionnels, pour le désagrément causé. J'ai bien sûr réparé, je sais faire. Mais il va falloir que je prenne des mesures drastiques, à cause de la nationalité de mon provider : on connaît les Ricains, fiables comme pas deux, mais qui dégainent souvent avant les sommations...

2e PS À propos d'Henning Mankel, "Le retour du professeur de danse" ; même sans Wallander, vous m'en direz des nouvelles !

 

 

[Mon blog redémarre, là où je l'avais abandonné. Et j'y injecte peu à peu mes pages "Actualité", rédigées depuis ce pathétique 7 mai 2012. L'explication de ce revirement est à trouver à la date du 1er décembre 2016, 20:20]

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet