Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Taux d'échec et sélection

, 04:20 - Lien permanent

Les socialistes sont vraiment impayables, si j'ose dire - car en réalité, c'est nous qui payent, dixit Coluche. À peine nommée la Ministre (éphémère ?) de l'Enseignement supérieur, Mme Fioraso, a cru bon de proférer une ânerie (sur le Campus de Paris 13 Villetaneuse).

Sa priorité est d'augmenter la réussite en licence qui connaît, selon elle, "un taux d'échec bien trop élevé". Or, un mois plus tôt, le socialisant Le Monde publiait un article sur l'Université "en train de brader la licence" (à cause entre autres du système dit de "compensation des notes"). Faudrait s'entendre, camarades !

Pendant ce temps, Peillon annonce, avec un joli mouvement de menton (celui de Jospin) qu'il va supprimer les épreuves d'évaluation initiées par... Jospin. Tas de foutriquets !

Un socialiste, un vrai, le mathématicien Laurent Scwartz a dû se retourner plusieurs fois dans sa tombe, lui qui n'a cessé de préconiser, sous la bronca de ses amis, l'instauration d'un barrage à l'entrée de l'Université. Ce qui, de proche en proche en effet, aurait pour effet mécanique d'augmenter le niveau d'exigence en amont, jusqu'en élémentaire. Mais c'est trop simple et trop honnête - pas assez démagogique - pour être socialiste.

 

[Mon blog redémarre, là où je l'avais abandonné. Et j'y injecte peu à peu mes pages "Actualité", rédigées depuis ce pathétique 7 mai. L'explication de ce revirement est à trouver à la date du 1er décembre 2016, 20:20]

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet