Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Grand-Bornand

, 12:19 - Lien permanent

Le récent dénouement de l'affaire tragique du Grand-Bornand (assassinat de tous les membres de la famille Flactif) montre une fois de plus cette attitude récurrente des criminels se mêlant aux badauds, participant éventuellement aux recherches, s'érigeant même en justiciers.
Le dénommé Hotyat, et ses - désormais - surprenantes déclarations de cet été, rejoint par là les rodomontades d'un Patrick Henry réclamant la peine de mort pour les assassins d'enfants et encore - il y a fort longtemps - la morgue d'un Gaston Dominici jouant volontiers les cicérone auprès des automobilistes curieux qui stoppaient sur la route pour se faire expliquer la tuerie, ou encore pleurant sur l'épaule d'un ami, en déclarant au journaliste, j'en ai assez, pourvu qu'ils trouvent rapidement l'assassin, car je n'en peux plus (j'extrais ces deux citations du défunt quotidien communiste La Marseillaise).

Et on pourrait citer aussi son fils Gustave, alité pour fatigue le lendemain du triple crime, et dont un journaliste d'une rare clairvoyance, Georges Reymond, écrivait dans Nice-Matin : "il est fatigué, certes, mais personne ne l'obligeait à répondre à la curiosité des journalistes, ni à s'informer auprès d'eux de l'avancement de l'enquête". Rien de nouveau sous le soleil...

Au fait, ce soir (ou plutôt très tôt, demain matin) A2 passe le documentaire tourné par Orson Welles sur l'Affaire Dominici : occasion de se rafraîchir la mémoire, avec un film honnête et non pipé, tourné par un cinéaste génial ! Et de savourer les cuirs de Paul Maillet, brave homme et homme brave, méchamment nommé par certains journalistes l'indicateur des Chemins de fer.

Commentaires

1. Le mardi, 7 août 2007, 13:05 par Frédéric

On pourrait également citer l'exemple de Didier Gentil, qui lorsqu'il participe aux recherches pour retrouver la petite Céline Jourdan, déclare : "Celui qui a fait ça est un salaud !"
Ou encore Roland Moog qui est interviewé par les journalistes de l'émission "Perdu de vue" sur la disparition de son épouse, dans sa cabine de projectionniste, alors que le cadavre est en train de pourrir dans le sous-sol du cinéma !
Amicalement,
Frédéric.

Bien vu !

SH

2. Le mercredi, 8 août 2007, 13:51 par Frédéric

Bonjour cher ami,
Merci pour votre compliment. Concernant Dominici, vous avez pu remarquer que, en hommage à Michel Serrault, TF1 a décidé de rediffuser le téléfilm de Pierre Boutron le 15 août prochain. Une fois encore, la mémoire du commissaire Sébeille et celle d'autres protagonistes de ce drame vont être salies.
Affligeant.
Frédéric.

Affligeant est bien le terme qui convient, ici.
Au sujet de cette engeance, on pourrait relire (et méditer) mon billet d'il y a trois (et bientôt quatre) ans : Arrêt sur image

SH

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet