Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Guerre en Irak

, 09:34 - Lien permanent

Je ne sais si les États-Unis ont eu raison ou tort de s'engager dans une hasardeuse guerre d'importation de la démocratie ; j'ai moins de certitudes (je doute méthodiquement, si l'on préfère) que tous les braillards qui ne cessent de monter des happenings pour fustiger la première nation de la planète, ce qui se traduira par des avortements dits thérapeutiques avant trois mois.

Les lycéens et étudiants devraient étudier, et être très reconnaissants aux adultes qui leur permettent, par leur travail ouvrier, de poursuivre confortablement des études. Mais non, ils sont d'abord dociles masses de manœuvre pour pitoyables apprentis sorciers.

J'ai moins de certitudes, mais peut-être un peu plus de connaissances, que ces braillards professionnels. Et je pense que nous oublions allègrement les leçons de l'histoire, par exemple le fiasco du contrôle du désarmement de l'Allemagne, entre 1920 et 1930.

J'y songeais justement en lisant un article documenté du Figaro, dans lequel sont traduits quelques passages d'un rapport public de l'AIEA (http://www.iaea.org/worldatom/Programmes/ActionTeam/reports/s_1997_779.pdf), datant de 1997, et signé de son président d'alors, Hans Blix : l'essentiel des découvertes des inspecteurs, de leur propre aveu, résulte des confidences que leur fit le général Hussein Kamal Hassan (gendre de Saddam Hussein), qui s'était réfugié en Jordanie en 1995 (puis eut la malencontreuse idée de retourner en Irak : son beau-père le fit immédiatement exécuter). Sans les confidences du général-gendre, les inspecteurs n'auraient découvert que des broutilles...

J'ai moins de certitudes, mais assez de jugeote pour trouver déplacés, pour le moins, les cris de joie difficilement contenus à l'annonce des grains de sable sur la route qui conduit à Bagdad. On dirait que les quelques difficultés américaines (je rappelle que les Israéliens, dans leurs guerres-éclairs, enlevaient au napalm les positions "ennemies") sont, pour nombre de nos commentateurs, d'aspect particulièrement jubilatoires. Sombres crétins, médiocres penseurs.

Tiens, je tombe par hasard sur un extrait de l'Encyclopédie "Yahoo", de 1996 (il y a donc sept ans), et j'y lis ceci : "Remis en selle [par la résolution 986, dite «pétrole contre nourriture»], Saddam Hussein dispose du temps nécessaire pour conforter sa position en exploitant les contradictions qui opposent régulièrement les États-Unis et certains pays européens, à commencer par la France, dont les compagnies pétrolières convoitent ouvertement les richesses irakiennes".

Tiens donc ! Je croyais que la France n'avait que de blanches mains, et de pures intentions ! Ah ! Quel spectacle d'entendre Chirac et les néo-gaullistes faire vertueusement la leçon aux Américains, accusés d'affaiblir l'Onu, organisme que le Général méprisait de toute sa hauteur, en le traitant de "machin"...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet