Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Représentants du peuple

, 15:35 - Lien permanent

Je contemple une photo, et je lis un entrefilet.

La photo, c'est celle d'un groupe de Maires de l'Isère assistant au 85e de leur Congrès (à Paris).
Ils sont, nous dit-on, plus de deux cents, soit plus du tiers du nombre de communes de ce charmant département, ce qui me donne à penser que Paris ne leur offre pas que d'austères joyeusetés administratives.

Je regarde la photo, et je m'aperçois que certains ne sont pas Maires, que d'autres ne le sont plus : la République est bonne fille.

Ce qui m'attire surtout c'est qu'au premier plan, bras martialement croisés à hauteur de poitrine, trône le dénommé Nucci, en d'autres temps (1990) amnistié mais condamné en des termes si crus par la Haute Cour de justice, que tout homme d'honneur se fût donné la mort, pour tenter d'effacer la tache...
Car la bénédiction tacite des électeurs suffit-elle à blanchir une conscience ? Et je m'aperçois que tous ses collègues, à quelque bord qu'ils appartiennent, si souriants, ne sont nullement gênés d'avoir pareille brebis en leur sein...

L'entrefilet concerne Jové Bové, que la perspective d'aller pour de bon en prison n'enchante guère. Et d'en appeler à Jacques Chirac. Mais où va-t-on, si ce type de sinistre personnage peut se permettre n'importe quoi, sans avoir à répondre de ses actes uniquement provocateurs ?
Car que propose, qu'est capable de construire le chantre du cholestérol et du Roquefort réunis ?

Ma réflexion, c'est qu'il y a une profonde solidarité entre tous ceux qui se prétendent nos délégués : ils se sentent au-dessus du vulgum pecus, et à l'abri des foudres de la loi.


Attristante république de l'irresponsabilité et de la corruption.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet