Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

C'est la vie

, 19:36 - Lien permanent

Oh ces fossettes ! Aco ès dé la frèmo, comme on dit à Gardanne… Et pudique, avec ça. Oui, je sors de C'est la vie. Vous devriez y courir.

Dans un centre de soins palliatifs (et chacun joue juste, car j'ai reconnu la façon de faire le lit d'un mourant), situé entre Giono et Pagnol, un atrabilaire-misogyne en phase terminale de cancer, rencontre une jeune bénévole lumineuse de vie et de gaieté. Éclatante de beauté et de naturel, elle saura dérider le bourru, qui lui transmettra en retour un message d'espoir, tandis qu'elle l'aide à mourir dignement.

Oh cette carte du Tendre, jalousie comprise, parcourue en accéléré ! Oh ce J'ai besoin de vous (qui a dû arracher les tripes à Dimitri/Dutronc) ! Oh ces mains qui se cherchent, ces doigts qui se nouent !
Tout en suivant attentivement le film, et pour ne pas trop lâcher la bonde à mon émoi (à mon âge), je songeais à la tendre beauté de la scène du karaoké, qu'on dirait complètement improvisée, dans une totale complicité entre les acteurs ; à la scène du chat, qui a dû demander je ne sais combien de prises (si je me souviens bien de ce que montre Truffaut dans la Nuit américaine, avec un chien).

À cause des réminicences et des clins d'œil (entre autres à Brel, mais ici ce n'est pas Vesoul, ce sont les Saintes-Maries), je songeais aussi à Sandrine découverte (à tous les sens du terme) par Pialat dans À nos amours, film majeur dont la désespérance m'avait secoué (là aussi, il est beaucoup question du regard et de la peinture), et le chemin que cette remarquable actrice a parcouru jusqu'ici.
Je songeais à Dutronc dans Sauve qui peut (la vie), autre film majeur et désespéré, dans lequel on l'entend dire : "on se toucherait bien, mais on n'arrive qu'à se donner des coups".

Il n'y a pas de coups dans C'est la vie.

Ou alors, ce sont les coups du sort, observés de manière tendre et fraternelle ; ce sont les coups du cœur. Du cœur serré lorsqu'on voit la jeune femme s'éloigner avec son fils, tandis que rapplique la légitime avec le sien et que Sandrine/Suzanne revient en arrière pour lui passer le flambeau...

Oui, je sors de C'est la vie. Vous devriez y courir…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet