19:30. Je venais de rencontrer, avec beaucoup de plaisir et d'amitié, une connaissance, que j'avais perdue de vue depuis quarante ans ; j'avais longé mon cher Lycée, d'ailleurs devenu Collège, et... parking souterrain.
J'essayais de sortir d'Aix-en-Provence, que je connaissais jadis comme ma poche... J'ai allumé la radio, pour patienter aux feux rouges...

L'abomination : j'ai d'ailleurs cru, une seconde, que c'était un canular, comme le fameux qui avait bouleversé l'Amérique, justement, dans les années cinquante, et qui était dû au génie ravageur d'Orson Welles.


Rentré dans mon havre, tandis qu'au loin je contemple Sainte-Victoire dans le rosé du soir, j'écoute France-Inter : à Naplouse, dans l'enclave artificielle d'Arafat, donc, c'est la joie la plus intense, c'est la liesse, c'est l'allégresse, et (comme je suppose que ces gens ne sont pas très riches) c'est la distribution de bonbons à tous les passants...

Amère victoire. Comme au bon vieux temps, lorsque les Palestiniens exultaient, à chaque Scud  touchant le territoire israélien, durant le Guerre du Golfe. Je n'en dirai pas davantage.

................................................................

Manhattan, 7 février 2002

Peu après, je devais d'ailleurs qualifier d'impudentes, et même d'ignominieuses, certaines des réactions françaises. Et puis, je devais me rendre plusieurs fois à New York, où les dégâts collatéraux étaient encore considérables, un an plus tard.



Dix ans, et rien n'est réglé. Faut-il désespérer des rapports entre peuples ?