Instructions officielles de février 1995 (2)

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

 

L'école élémentaire

 

Aspects pédagogiques

 

L'école élémentaire prend appui sur les acquisitions de l'école maternelle pour permettre à chaque élève de construire progressivement les apprentissages que requiert sa scolarité ultérieure. Il lui faut intégrer les savoirs, savoir-faire et méthodes de travail personnel indispensables au collège, commencer à s'approprier les bases culturelles et les valeurs constitutives de notre société, acquérir les premiers éléments d'une autonomie intellectuelle et la capacité à se repérer dans une structure scolaire nouvelle.

 

L'organisation de la scolarité en cycles pluriannuels

 

L'organisation en cycles offre les souplesses indispensables pour respecter la diversité des élèves, leurs demandes, leurs attentes, leur rythme de développement, sans perdre de vue les objectifs communs à tous, les apprentissages nécessaires à tous. La conception pluriannuelle des programmes conduit les équipes enseignantes à déterminer en conseil des maîtres les continuités d'ensemble, les progressions à mettre en œuvre, et à définir les modalités de suivi et d'évaluation des élèves, les actions de prévention et de soutien pertinentes. Au cœur du projet d'école, ces éléments forment l'essentiel du projet de cycle. Cette nouvelle organisation s'accompagne du renforcement des liaisons entre les cycles. Au sein de l'école élémentaire, entre le cycle des apprentissages fondamentaux et celui des approfondissements ne doit se creuser aucun fossé. Cette organisation implique également le renforcement des liaisons entre les structures : les passages école maternelle-école élémentaire et école élémentaire-collège constituent pour chaque enfant des temps d'évolution forte que les maîtres doivent faciliter. Les étapes, peut-être les ruptures, font normalement partie du développement de l'enfant, mais elles ne doivent pas nuire à la cohérence de l'apprentissage. Chaque enseignant doit connaître les démarches et objectifs des cycles qui encadrent celui où il exerce. Il lui faut à la fois prendre en compte les acquis des élèves et préparer les étapes de la scolarité ultérieure. Élément important des projets d'école et d'établissement, les liaisons entre les cycles doivent être intégrées à la démarche pédagogique et permettre d'assurer la continuité nécessaire.

 

L'indispensable cohérence des apprentissages

 

La polyvalence des maîtres donne sa spécificité à l'école primaire. Loin d'impliquer une simple juxtaposition d'enseignements disciplinaires, elle favorise la mise en oeuvre de démarches faisant appel à plusieurs disciplines pour construire ou conforter un apprentissage. Elle crée les conditions pour mener des activités diversifiées, mais coordonnées concourant au même objectif, pour mettre en place au travers des différentes disciplines les procédures intellectuelles telles qu'apprendreà comparer et sélectionner des informations, à les mémoriser, les organiser, à analyser les contenus d'une illustration, d'un graphique, d'un schéma, à argumenter, à s'auto-évaluer et analyser et comprendre les causes d'un échec, à trouver les conditions de la réussite... autant d'éléments qui conduisent à l'autonomie et s'acquièrent dans toutes les activités de la classe en même temps qu'ils sont au service des différents contenus disciplinaires. Clef d'accès à la vie, à la liberté de réflexion, moyen privilégié de la communication, la maîtrise de la langue est au coeur des apprentissages. Compétence transversale fondamentale, elle s'élabore progressivement, en s'appuyant sur des activités systématiques mais également en se fondant sur l'ensemble des disciplines. L'expression orale, la lecture, l'écriture, travaillées en étroite relation lors des activités de français, nourrissent les autres disciplines et s'enrichissent de leurs apports et de leurs exigences. Ainsi en lecture, la capacité à s'adapter à des textes et à des contenus différents fait-elle le lecteur autonome.

 

Une organisation de l'école et de la classe adaptée à la diversité des élèves

 

L'indispensable cohérence des apprentissages met en évidence l'importance, dans le premier degré, du maître polyvalent, responsable de la progression globale des élèves. Parallèlement, la prise en compte de la diversité des élèves peut justifier la mise en oeuvre de différents modes d'organisation de la classe. Si le groupe classe demeure la structure souhaitable, car la plus sécurisante, le mode de répartition des élèves au sein de l'école peut varier en fonction des besoins. Les décloisonnements qui ne se justifient que par une meilleure prise en compte de la diversité des élèves, les échanges de compétences entre maîtres, ne sauraient mettre en cause la cohérence des apprentissages. Dans cette perspective, ils ne doivent pas excéder trois heures au cycle des apprentissages fondamentaux et six heures au cycle des approfondissements. Quel que soit le mode de répartition des élèves au sein de l'école, classe à un ou plusieurs cours, il n'y a jamais, de fait, de réelle homogénéité. La classe à un seul cours ne gomme pas les différences et n'est pas en soi un gage d'efficacité. L'influence positive de la classe à plusieurs cours a été relevée. En tout état de cause, il appartient au maître de varier les situations d'apprentissages, de jouer entre les moments d'apprentissages collectifs, le travail individuel et le travail en petits groupes, homogènes ou non, selon l'objectif visé. Il incombe à l'équipe des maîtres, sous la responsabilité du directeur, de concevoir au sein de l'école les formes d'organisation les mieux adaptées aux besoins des élèves.

 

La responsabilité du maître

 

Le travail d'équipe des maîtres qui permet d'assurer les continuités dans le cycle ne gomme nullement la responsabilité de chacun. Il incombe au maître de la classe de faire le choix des démarches pédagogiques liées à la diversité de ses élèves, à leurs acquisitions effectives, d'établir explicitement les liaisons entre les activités conduisant aux apprentissages essentiels :

- maîtrise des langages de base, langue française en priorité, mathématiques, mais également langues vivantes, langages artistiques, langages du geste et du corps ;

- éducation civique, s'appuyant sur une pratique réfléchie de la vie de l'école pour donner les repères sociaux indispensables ;

- méthodes de travail personnel (organisation du travail, capacité à se concentrer, à écouter, à mémoriser...), acquisition progressive de l'autonomie.

Il appartient au maître de créer les conditions de réussite des élèves. Les apprentissages réussis doivent beaucoup au climat de confiance créé par l'adulte et aux encouragements qu'il prodigue. Il convient d'éviter toute précipitation inutile, toute dramatisation, et de valoriser constamment les réussites. De la même façon, on veillera toujours à ne pas sous-estimer les capacités des enfants et à leur proposer des activités qui soient à la hauteur de leur appétit et de leurs possibilités. Cela est vrai pour l'ensemble des domaines et particulièrement pour ce qui concerne l'acquisition du langage et l'apprentissage de la lecture. Toutes les occasions seront saisies pour exploiter les motivations et pour valoriser les réussites, même modestes. L'un des moyens privilégiés pour déterminer les meilleures stratégies d'apprentissage consiste à analyser collectivement les raisons d'une réussite, d'une difficulté ou d'un échec. L'erreur dédramatisée suscite chez l'élève une analyse constructive de son travail et la volonté de progresser. Elle fournit au maître des informations précieuses pour définir, lorsque c'est nécessaire, des actions de remédiation. Dans cette perspective, le développement d'une pratique régulière de l'évaluation permet une connaissance plus objective de l'élève et un pilotage de classe mieux assuré. Cette pratique s'appuie notamment sur l'opération d'évaluation mise en place à l'entrée dans les cycles d'approfondissement et d'observation. Cette opération est conçue avec le souci de simplicité d'usage pour les maîtres et pour les parents.

 

Des programmes allégés et recentrés

 

Introduction

 

La mise en cohérence des nouveaux programmes avec les cycles doit permettre une meilleure maîtrise des apprentissages de base. Le cycle des apprentissages fondamentaux met l'accent sur l'acquisition des langages, français et mathématiques, des repères que donnent l'éducation civique et le champ des disciplines relatives à la découverte du monde ; il fait une place importante au développement de la motricité et de la sensibilité. Le cycle des approfondissements poursuit les apprentissages précédents et introduit les premiers concepts et les démarches propres aux disciplines qui structureront la scolarité au collège. Les programmes des différentes disciplines n'ont, en fait, ni le même statut, ni la même fonction. A titre d'exemple, les programmes de français visent des compétences à atteindre et définissent les connaissances indispensables à la maîtrise de la langue. Les programmes d'histoire et de géographie déterminent un contenu à partir duquel le maître aide l'enfant à acquérir un vocabulaire de base, cherche à faire saisir quelques caractéristiques d'une époque donnée, à poser quelques jalons dans le temps, à faire comprendre les relations entre les milieux et les modes de vie. Le maître approfondit certains aspects du programme en s'appuyant sur des sujets d'étude. De la même façon, l'enseignement scientifique est une initiation à la démarche expérimentale au service d'une culture générale ouverte à la connaissance scientifique. On ne peut prétendre, sans perdre de vue l'essentiel, traiter tous les aspects du programme de manière identique, avec le même degré de précision et d'exigence. Ces programmes ne sauraient donc être enseignés de façon encyclopédique. Des documents d'accompagnement, instructions officielles et outils d'aide aux enseignants précisent ces demandes. Ces documents font une place particulière à trois domaines qui prennent une importance croissante à l'école et dans la société :

 

La lecture et l'utilisation de ressources documentaires

 

La bibliothèque centre documentaire est un lieu de lecture et d'activités. Elle favorise le travail personnel, ou en équipe, des élèves et apporte son concours aux diverses disciplines. Simultanément, apprendre à se servir d'un centre de documentation constitue une finalité en soi : l'élève du secondaire est appelé à se repérer dans la structure plus vaste d'un centre de documentation et d'in-formation.

 

L'image

 

Présente depuis longtemps dans les classes comme dans l'environnement de l'enfant, elle doit faire l'objet d'une utilisation raisonnée qui le conduit à analyser ce qui, dans l'image, produit du sens et permet la construction de savoirs.

 

L'informatique

 

Le maître familiarise l'élève avec l'utilisation de l'ordinateur qu'il met au service des disciplines et dont il fait comprendre les différentes possibilités. Programmes et documents d'accompagnement sont au service des missions de l'école et tout particulièrement au service de la réussite de tous les enfants. Il importe que les enseignants se les approprient avec l'aide des corps d'inspection et, poursuivant le travail de mise en place des cycles, les mettent en oeuvre dans cet esprit.

 

 

Le Cycle des apprentissages fondamentaux

 

Français

 

Aspects pédagogiques

 

La maîtrise de la langue conditionne toute la réussite scolaire et constitue le fondement de l'insertion sociale et de la liberté de réflexion. Ces enjeux essentiels, tant pour l'institution que pour chaque élève, requièrent de la part des enseignants une vigilance toute particulière à la diversité des rythmes et des modes d'acquisition, à la construction progressive de l'autonomie. L'apprentissage de la langue exige des phases de travail systématique mais s'enrichit également de toutes les situations de classe. Il trouve dans l'ensemble des activités son fondement culturel en même temps qu'il sert l'ensemble des disciplines. Il s'inscrit en priorité dans une interaction constante entre parler, écouter, lire et écrire. Le maître crée les situations nécessaires à la prise de parole de l'élève et à l'écoute des autres, à l'exercice raisonné de l'oral comme de l'écrit. Progressivement, l'enfant entrera ainsi de plain-pied dans les deux systèmes, comprendra les règles qui s'imposent à la langue orale et à la langue écrite, s'appropriera leurs codes respectifs.

 

Pratique orale de la langue

 

Au cycle des apprentissages fondamentaux, les activités de pratique de la langue orale conduisent l'enfant à bien prononcer et à articuler clairement, à donner une intonation aux phrases. L'enseignement devra concourir, dans toutes les activités qu'offre la classe, à transmettre une information, à faire raconter, décrire, exposer un point de vue, questionner ou demander des explications et formuler des commentaires en organisant son propos. Aussi, le fonctionnement de la langue orale donnera-t-il lieu à des activités plus structurées qu'au cycle des apprentissages premiers et commencées dès la grande section de l'école maternelle, de façon à permettre une maîtrise progressive de l'oral. Parmi ces activités :

- exercices conduisant à formuler une idée, relater des événements, décrire des situations, inventer et modifier des histoires, des contes ;

- construction des énoncés (affirmatifs, négatifs, interrogatifs) ;

- utilisation appropriée des formes verbales simples et des mots de liaison usuels.

Le maître, particulièrement vigilant à la qualité et à la rigueur de la langue employée, conduit l'élève à prendre la parole, à écouter les autres, à formuler de façon simple et correcte ce qu'il veut dire. Il exige progressivement une plus grande clarté et une meilleure organisation du propos. L'ensemble des disciplines et toute situation de communication réelle concourent à cet apprentissage, qui requiert des activités spécifiques visant à une utilisation de plus en plus efficace de la langue orale. L'apprentissage de la langue orale et celui de la langue écrite s'articulent étroitement.

 

Lecture

 

L'apprentissage de la lecture

 

Les démarches

 

L'apprentissage de la lecture et l'accès au sens procèdent essentiellement de trois démarches complémentaires et concomitantes qui associent constitution d'un premier capital de mots, déchiffrement et recours au contexte :

- les élèves poursuivent la constitution, amorcée à la maternelle, d'un premier capital de mots de grande fréquence, dont la graphie est rapidement mémorisée, la leçon de lecture étant aussi, en règle générale, une séance d'écriture ;

- la familiarisation avec le code conduit les élèves à saisir les relations entre l'oral et l'écrit en identifiant de manière explicite les correspondances entre son et signe pour maîtriser la combinatoire, accéder ainsi au déchiffrement et à la reconnaissance des mots ;

- les élèves sont entraînés à saisir l'organisation générale des phrases et du texte et, pour cela, à repérer notamment les indices typographiques (majuscule, ponctuation), les lettres muettes à valeur lexicale ou syntaxique, les homonymies et les éléments qui donnent leur cohérence au texte.

Ces différents apprentissages se conjuguent pour donner accès au sens et ne trouvent leur pleine valeur qu'en associant l'intelligence du sens des mots, la perception de l'organisation des phrases et la compréhension des idées exprimées. Le maître diversifie et combine les approches qui conduisent à la lecture [L'ordre de présentation ci-dessous ne constitue pas une séquence d'enseignement] :

- la lecture à haute voix faite régulièrement par l'élève permet dès le stade de l'apprentissage, de repérer les difficultés, de les identifier et de les traiter ; elle est aussi le moyen de prêter vie à un texte et de préparer à une lecture expressive de qualité, condition de toute communication réussie ; à cet égard, le jeu dramatique et le théâtre offrent des situations riches et significatives ;

- la lecture silencieuse pratiquée par l'élève constitue un moment et une modalité de l'apprentissage. Elle est à terme, l'objectif à atteindre ; la lecture faite à haute voix par le maître est indispensable. Elle doit donc être fréquente pour jouer pleinement son rôle d'imprégnation, susciter le goût de la lecture et donner aux enfants l'idée de ce qu'on attend d'eux. Il n'y a pas de méthode imposée d'apprentissage de la lecture. Toute méthode peut être utilisée à condition que son efficacité soit démontrée et qu'elle réponde aux besoins et aux possibilités des élèves. Il est de la responsabilité de chaque enseignant de déterminer les pratiques et les démarches pédagogiques les plus appropriées.

 

Les supports

 

Le monde de l'écrit est de plus en plus divers et les élèves y sont confrontés très tôt, hors de l'école comme dans la classe. Il convient de les habituer rapidement à discerner ses multiples aspects et fonctions pour mieux les identifier et accéder ainsi à leur compréhension. Le maître recourt donc à des textes de tout type parmi lesquels les textes littéraires très simples, dont la pratique est essentielle, amorcent la constitution d'une anthologie. Il utilise des supports variés :

- le livre dont la découverte, la manipulation et l'utilisation sont indispensables ;

- le manuel scolaire ;

- des instruments et des documents divers : les dictionnaires, l'ordinateur, la presse, certains jeux éducatifs, les références élaborées en classe avec le concours des élèves (tableaux, répertoires, panneaux d'affichage...).

L'objectif est de conduire chacun à vouloir lire, à savoir lire, mais aussi à aimer lire. Le maître lit lui-même à haute voix de nombreux textes, contes, récits, poésies ; il incite à la lecture individuelle. Il suscite, encourage et développe ainsi le désir de lire. La continuité et la progressivité nécessaires dans les apprentissages ne signifient pas dilution dans le temps. Pour la grande majorité des élèves, la première année de l'école élémentaire devra constituer un temps fort dans l'apprentissage de la lecture, même si pour certains la structuration des apprentissages peut s'amorcer dès la grande section de l'école maternelle et si, pour d'autres, a contrario, l'apprentissage systématique doit se poursuivre tout au long du cycle.

 

Production d'écrits

 

Écriture

 

Dès les premières années de la scolarité obligatoire, les élèves apprennent à écrire lisiblement et à respecter certaines normes. Les approches seront diversifiées mais toujours liées étroitement à l'apprentissage de la lecture :

- reproduction de lettres minuscules cursives et liaison entre elles de lettres constituant un mot ;

- reproduction progressive de majuscules de l'écriture cursive ;

- recours à l'imprimerie scolaire ou au traitement de texte constituant, dans certains cas, à certains moments, et pour certains élèves, un moyen de sensibiliser au rôle des différentes composantes de l'écriture.

 

Expression écrite

 

- Lire et écrire sont deux activités indissociables dès le niveau des apprentissages fondamentaux.

- Les productions d'écrits avec leurs différentes fonctions (expression, communication, mise en mémoire) sont donc constamment présentes sous une forme ou sous une autre (trace écrite d'une leçon ou expression d'un message original), dans toutes les disciplines. Les textes, variés, sont d'abord dictés à l'adulte, puis produits de manière autonome.

- Les élèves sont conduits à produire des textes soignés, en s'appuyant sur un certain nombre de méthodes ou de techniques (mobilisation des idées, choix d'une progression, pertinence des termes choisis, qualité de l'expression et de la présentation). Le maître veillera tout particulièrement à ce que les élèves portent une très grande attention à la tenue et à la présentation de leurs cahiers, à la qualité tant formelle qu'orthographique de leurs travaux.

 

Usage poétique de la langue

 

- Mémorisation et récitation de comptines et de poèmes.

- Jeux poétiques sur les mots, les structures et les images.

- Première constitution d'une anthologie.

- Correspondance avec les autres formes d'expression : la musique, la danse, les arts plastiques, le théâtre...

Connaissances nécessaires à la maîtrise de la langue orale, de la lecture et de l'expression écrite

Il convient d'apprendre à l'élève à repérer les principes de fonctionnement de sa propre langue ; le maître utilise pour cela un vocabulaire précis. La grammaire, le vocabulaire, l'orthographe sont des moyens de mieux parler, de mieux lire, de mieux écrire et d'accéder ainsi progressivement à la maîtrise de la langue.

 

Vocabulaire et orthographe lexicale

 

On veillera à ce que soient reconnus :

- les différents sens d'un mot ;

- les mots de même famille ;

- l'orthographe des mots d'usage courant ;

- les majuscules, les accents, la cédille.

 

Grammaire et orthographe grammaticale

 

Le maniement de la langue conduit l'élève à percevoir la signification des fonctions essentielles au sein du texte, de la phrase et à reconnaître les groupes syntaxiques. Tout au long du cycle, les éléments suivants font l'objet d'un apprentissage progressivement structuré puis systématisé :

- le texte, le paragraphe, la phrase dans le texte, la ponctuation ;

- la phrase simple, la distinction du groupe nominal sujet et du groupe verbal ;

- le nom ;

- le verbe ;

- le remplacement d'un nom ou d'un groupe nominal par un pronom ;

- l'accord sujet/verbe dans les cas simples (lorsque le sujet est un nom, un groupe nominal ou un pronom personnel) ;

- les accords en genre et en nombre dans le groupe nominal ;

- les conjugaisons des verbes les plus usuels (indicatif présent, passé composé, futur) ; un verbe en er (type chanter), être, avoir, aller. L'orthographe s'acquiert par la pratique de divers exercices dont la copie, la copie différée et la dictée préparée.

 

 

Mathématiques

 

Aspects pédagogiques

 

La mise en place d'une bonne liaison entre le cycle des apprentissages premiers et celui des apprentissages fondamentaux doit permettre une prise en compte, un approfondissement et une structuration des connaissances précédemment acquises. Dans le domaine numérique, l'élève renforce ses compétences, poursuit, jusqu'à 1000, la découverte des nombres et de la numération décimale ; en fin de cycle, il maîtrise la technique de l'addition et approche celles de la multiplication et de la soustraction. L'élève s'initie à l'organisation de l'espace, reconnaît quelques figures géométriques simples et met au point des techniques de repérage, de reproduction et de construction, commence à maîtriser les mesures de longueur et de masse. Par ces acquisitions, l'enseignement des mathématiques au cycle des apprentissages fondamentaux vise à développer l'aptitude à la recherche et au raisonnement. La résolution de problèmes occupe une place importante dans l'apprentissage par les élèves des connaissances mathématiques. Les activités relatives à la résolution de problèmes portent sur :

- des problèmes destinés à appliquer, à réutiliser et à consolider des acquis antérieurs ;

- des situations de recherche, amenant l'élève à explorer des démarches de résolution de problèmes et à approcher ainsi des notions et des outils nouveaux.

Nombres et calcul

 

- Le nombre

 

- Dénombrement des éléments d'une collection, codage dans le système décimal.

- Connaissance des nombres entiers et de leurs désignations écrites (chiffres ou lettres) et parlée : * numération décimale ; * comparaison et rangement, (puis utilisation des signes =, < et >) ; * relations arithmétiques entre les nombres : recherche du double, de la moitié...

- Élaboration progressive de différents procédés de calcul : calcul réfléchi (mentalement ou avec l'aide de l'écrit), technique opératoire de l'addition ;

- Table d'addition : construction, utilisation, mémorisation.

- Approche des techniques opératoires de la soustraction et de la multiplication, de la table de multiplication.

- Utilisation de tableaux et de diagrammes. Problèmes simples relevant de l'addition, de la soustraction, de la multiplication.

 

Géométrie

 

- Vocabulaire lié aux positions relatives d'objets par rapport à soi, d'objets entre eux et lié aux déplacements.

- Quadrillages : repérage des nœuds ou des cases, déplacement.

- Lecture et réalisation de plans.

- Approche de quelques solides (cube, pavé) et de quelques figures planes usuelles (carré, rectangle, cercle) : reproduction, description.

- Tracés : utilisation des instruments et des techniques de reproduction et de construction ; puzzles, frises, pavages...

- Approche de la symétrie axiale (pliages).

 

Mesure

 

- Mesure de différentes grandeurs : longueur, masse, durée. - Repérage du temps : calendriers, montres. - Unités usuelles : m et cm ; g et kg ; litre ; h et min. - Choix de l'unité la mieux adaptée dans un mesurage. - Utilisation de la monnaie : francs et centimes.

 

 

Découverte du monde

 

Aspects pédagogiques

 

Le monde environnant est l'objet d'un premier apprentissage méthodique. L'enfant approfondit la connaissance amorcée à l'école maternelle, de l'espace, du temps et de l'environnement qui lui sont familiers. Il apprend à s'y repérer en prenant appui sur des images ou sur des situations qui lui sont proches. Le maître aidera les élèves à appréhender le milieu dans lequel ils vivent et les matériaux disponibles autour d'eux, à développer leur goût de l'invention, leur sens de l'innovation. Il les amènera progressivement à élaborer de petits projets techniques. L'élève manipule et construit ; il observe, compare et classe. Peu à peu il acquiert et utilise un vocabulaire et une syntaxe mieux maîtrisés. Il apprend à connaître des espaces plus divers et éloignés, d'autres époques, des phénomènes du monde de la matière et du vivant. Ces connaissances préparent une structuration progressive en domaines disciplinaires distincts.

 

L'espace et la diversité des paysages

 

- Milieux familiers - paysages, activités - et contrastes avec d'autres milieux et espaces plus lointains.

- Observation du temps qu'il fait : données météorologiques et climatiques élémentaires.

- Première découverte de la carte, du globe, des grands éléments du cosmos (le soleil, les planètes, le jour et la nuit...).

 

Le temps dans la vie des hommes

 

- L'heure, la journée, la semaine, le mois, l'année ; rythmes naturels et mesure sociale du temps.

- Éléments de la vie quotidienne : le cadre de vie, le patrimoine et sa conservation, les générations, événements et commémorations.

- Évocation de modes de vie plus anciens à partir d'images marquantes de l'histoire ou d'exemples significatifs (les châteaux forts, par exemple). Utilisation de diverses sources d'information et mise en ordre chronologique.

 

Le monde de la matière et des objets

 

La matière

 

- L'eau dans la vie quotidienne : la glace, l'eau liquide, la vapeur d'eau ; l'existence de l'air ;

- Utilisation du thermomètre dans quelques situations de la vie courante.

 

Les objets et les matériaux

 

- Utilisation d'objets techniques usuels (jouets, objets ou appareils appartenant à l'environnement de l'enfant à la maison ou à l'école) ;

- Démontage et remontage d'objets techniques simples ; fabrications diverses et réalisations technologiques élémentaires à caractère utilitaire ou ludique ; maniement d'outils et d'ustensiles appropriés ; propriétés de quelques matériaux usuels ;

- Utilisation d'appareils alimentés par des piles (lampe de poche, jouets, magnétophone...)

 

Le monde du vivant

 

Le corps de l'enfant et l'éducation à la santé

 

- Le corps de l'enfant (notions simples de physiologie et d'anatomie) ;

- Importance des règles de vie : hygiène (habitudes quotidiennes de propreté, d'alimentation, de sommeil, de rythme de vie...)

 

Les manifestations de la vie animale et de la vie végétale

- Les animaux et les végétaux sont vivants : animaux familiers, élevages ; plantes typiques de la région ou connues des enfants (jardin de l'école, cultures en classe...)

Les êtres vivants dans leur milieu

 

- Les animaux et les végétaux dans leur milieu - Modification des milieux selon les saisons

 

 

Éducation civique

 

Aspects pédagogiques

 

C'est à partir de la vie de la classe que l'enfant découvre les règles de la vie en société, les valeurs qui la fondent et fait l'apprentissage de sa propre responsabilité.

 

La vie en commun : une pratique réfléchie

 

au cours des diverses activités de la classe et de l'école, on poursuivra trois objectifs.

 

Respect de la personne, de soi et des autres

- Mise en œuvre des règles d'hygiène, de sécurité, de tenue et justification de celles-ci ; éducation à la santé.

- Prise de conscience du devoir de respecter les autres et du droit au respect pour soi-même, dans l'identité, la personnalité, l'intégrité physique, les biens et l'expression de la pensée de chacun.

 

Respect du bien commun et du cadre de vie

 

- Éducation à la consommation. - Initiation à la gestion de l'environnement, cadre de vie des hommes et bien commun de tous.

 

Prise de conscience des règles de la vie en commun

- Prise de conscience des règles de la vie commune dans la classe et dans l'école (prise de parole, camaraderie, entraide, coopération);

- Sens des responsabilités : valeur de la parole donnée et de l'engagement réciproque.

- Sens de l'effort et du travail bien fait.

 

La vie civique

 

La République, ses symboles (le drapeau tricolore, La Marseillaise, Le 14 Juillet), le président de la République.

 

 

Éducation artistique

 

Aspects pédagogiques

Dans la continuité de l'action conduite à l'école maternelle, l'éducation artistique a pour but d'amener les élèves à développer leur sensibilité, leurs capacités de création, à découvrir des œuvres d'art, à saisir des démarches d'artistes. Deux disciplines artistiques sont obligatoirement enseignées : la musique et les arts plastiques. En outre, sont présentés ici, à titre d'exemples d'ouverture à d'autres domaines artistiques : le théâtre et l'expression dramatique, la danse, les images.

 

L'éducation musicale

 

Aspects pédagogiques

 

L'éducation musicale sollicite l'imagination créatrice des élèves. Elle les prépare à mieux maîtriser leur voix pour interpréter des chansons simples. Elle leur permet d'apprendre à écouter avec attention, à affiner leur perception auditive, à développer des moyens d'expression et d'interprétation, grâce à des activités vocales, gestuelles et instrumentales conduites collectivement et individuellement.

 

Activités vocales

 

- Pratique régulière du chant

- Constitution d'un répertoire de chansons simples

- Jeux vocaux à des fins expressives

- Invention de chansons

 

Activités corporelles et gestuelles

 

- Réalisation et invention de danses.

- Exercices corporels à partir de musiques et de rythmes divers ; respect des changements de mouvements (vif, lent...).

- Participation à des activités instrumentales

Activités d'écoute

 

- Écoute et identification de sons divers, repérage de leurs caractéristiques (intensité, timbre, hauteur, durée), écoute de sons créés par les élèves (créations vocales, usage d'objets sonores et d'instruments...).

- Écoute de musiques (anciennes, classiques, contemporaines...)

- Passage d'une réalisation sonore à une représentation graphique (recherche de codages correspondants, individuellement ou en groupe) et inversement.

 

Les arts plastiques

 

Poursuivant l'action de l'école maternelle, il convient d'amener l'élève à agir avec des moyens divers - instruments, matériaux, supports -, à combiner des éléments, à essayer des associations, à improviser, à expérimenter, à se documenter, à créer.

Pratique des arts plastiques

- Recherche dans l'environnement d'objets et d'images comme source et stimulation de la production. Reconnaissance de leur qualité esthétique. Constitution d'un musée de la classe. Enrichissement du "musée personnel".

- Opérations plastiques simples avec divers instruments, sur des matériaux et supports variés : papier, carton, toile, bois, plâtre, terre...

- Pratique du dessin avec des moyens différents : crayon, fusain, craie d'art, pastel... Pratique de la peinture, du modelage, du collage, de la sculpture, de l'assemblage. Approche de l'écriture calligraphique.

- Formes, matières, couleurs, volumes : comparaisons, différenciations, associations...

 

Apport culturel

- Enrichissement de l'imaginaire.

- Familiarisation progressive avec l'œuvre d'art, connaissance d'œuvres d'art célèbres.

- Visites de musées et de galeries d'art.

 

Prise en compte des résultats

 

- Valorisation des réalisations : présentation, exposition. - Analyse des effets produits, explicitation par les élèves de leurs jugements personnels.

Exemples d'ouverture à d'autres domaines artistiques

 

Le théâtre et l'expression dramatique

 

A partir des premières activités pratiquées à l'école maternelle, les élèves développent leurs capacités expressives, corporelles, relationnelles, verbales, sensibles et imaginatives au sein d'un groupe. En liaison avec la maîtrise de la langue et en prenant appui sur la littérature pour l'enfance et la jeunesse, ils sont invités à pratiquer des lectures orales et expressives de textes ou de dialogues. Pas à pas, ils sont amenés à inventer de courts canevas de jeu dramatique. Puis ils explorent et découvrent quelques règles et conventions du jeu théâtral : la scène, les personnages, le jeu pour le public... Enfin, chaque fois que possible, la relation au spectacle vivant sera développée ainsi qu'une approche de réflexion critique.

 

La danse

 

au cycle des apprentissages fondamentaux, il est important que les activités de l'école maternelle soient poursuivies et développées. De plus, l'élève parvient à une réelle prise de conscience de la signification de la danse. On lui offrira des situations l'amenant à explorer les différentes composantes du mouvement : espace, temps, énergie, qui lui permettront de donner une dimension esthétique à son geste. Il peut composer des séquences de danse et participer à l'élaboration d'un projet collectif. Son engagement affectif l'implique fortement. Il apprend à prélever, dans les oeuvres qui lui sont présentées, des éléments susceptibles de l'aider dans son jugement.

Les images

Vivant dans un monde foisonnant d'images, qu'elles soient graphiques, photographiques, télévisuelles, cinématographiques ou numériques, les enfants s'en montrent grands amateurs. Prenant en compte cette situation de fait, l'école a pour rôle de les accompagner dans la découverte, l'exploration, la compréhension et la production d'images.

 

 

Éducation physique et sportive

 

Aspects pédagogiques

 

au travers des pratiques qui sont les siennes, choisies, par le maître, pour leur diversité et pour le plaisir qu'elles procurent, l'éducation physique et sportive, discipline d'enseignement, doit permettre à l'élève au cycle des apprentissages fondamentaux :

- de s'approprier les habiletés caractéristiques de la motricité de l'enfant (courir, sauter, nager...) ;

- d'adapter ses efforts suivant la nature des actions motrices effectuées ; d'acquérir des règles de l'action motrice individuelle et collective ;

- de dominer ses appréhensions et d'exprimer ses sentiments.

 

Compétences à acquérir

 

A l'issue du cycle, l'élève doit être capable :

- de réaliser des actions plus complexes que celles de la vie quotidienne, telles que courir et sauter par dessus un ou plusieurs obstacles, courir et lancer, ou d'autres combinaisons d'actions élémentaires ;

- d'appréhender, dans la réalisation de ces actions, les notions de déplacement, de durée, de vitesse ;

- d'apprécier l'intensité des efforts à fournir et leurs effets sur l'organisme, en prenant conscience de ses limites ;

- d'agir en fonction d'un risque, reconnu et apprécié, et de la difficulté de la tâche ;

- d'agir en fonction des autres, selon des règles, et de tenir divers rôles dans une équipe ;

- de s'engager dans une action individuelle ou collective visant à communiquer aux autres un sentiment ou une émotion.

 

Les activités

 

Le maître choisira, pour que l'élève accède à ces savoirs, des activités physiques et sportives ayant sens pour les enfants et relevant de domaines d'actions constitutifs de la motricité de l'enfant. Ce sont :

- les activités athlétiques, les courses avec ou sans obstacles, les sauts et les lancers avec ou sans élan, les parcours variés, qui prêtent à l'usage de la mesure pour l'appréciation des performances ;

- les activités de type gymnique en milieu aménagé incluant appuis, suspensions, déplacements et équilibres, qui facilitent l'appréhension et la gestion du risque dans un espace normalisé ;

- les activités de natation, dont l'enseignement sera privilégié partout où cela sera possible ;

- les jeux traditionnels, les jeux sportifs et les jeux collectifs, les jeux de raquette, qui facilitent l'approche des rôles de partenaire et d'adversaire ;

- les jeux de mime, les jeux dansés du patrimoine enfantin, les danses spontanées ou reproduites qui donnent accès à l'expression et à la communication ;

- les activités de pleine nature, randonnée, course d'orientation et toutes les activités qui s'exercent dans des milieux présentant une certaine incertitude.

Une pratique régulière et suffisante de l'éducation physique et sportive permet de développer les différentes conduites motrices visées au cycle des apprentissages fondamentaux et contribue à équilibrer l'activité des enfants.

 

 

M. Ed. Nle