Saint-Louis et la bataille de Mansourah - 3. Le texte original de Jean de Joinville

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Index de l'article

 

III. Le texte original de Jean de Joinville

[Histoire de Saint-Louis, Credo et Lettre à Louis X / Jean sire de Joinville]

 

XLVI

[Joinville, blessé et bloqué par les Sarrazins, est délivré par le comte d'Anjou]

220 Je et mi chevalier acordames que nous iriens sus courre à plusours Turs qui chargeoient lour harnois à main senestre en lour ost, et lour courumes sus. Endementres que nous les chaciens parmi l'ost, je resgardai un Sarrazin qui montoit sur son cheval : uns siens chevaliers li tenoit le frain.
221. Là où il tenoit ses dous main à sa selle pour monter, je li donnai de mon glaive par desous les esselles et le getai mort ; et quand ses chevaliers vit ce, il laissa son signour et son cheval, et m'apoia, au passer que je fis, de son glaive entre les dous espaules, et me coucha sur le col de mon cheval, et me tint si pressei que je ne pouoie traire m'espée que j'avoie ceinte. Si me couvint traire l'espée qui estoit à mon cheval ; et quand il vit que j'oz m'espée traite, si tira son glaive à li et me lessa.
222. Quand je et mi chevalier venimes hors de l'ost aus Sarrazins, nous trouvames bien six mille Turs, par esme, qui avoient lessies lour herberges et se estoient trait aus chans. Quand il nous virent, il nous vindrent sus courre, et occistrent monsignour Huon de Trichastel, signour de Conflans, qui estoit avec moy à baniere. Je et mi chevalier ferimes des esperons, et alames rescourre monsignour Raoul de Wanou, qui estoit avec moy, que il avoient tirié à terre.
223. Endementieres que je en revenoie, li Turc n'apuierent de lour glaives ; mes chevaus s'agenoilla pour le fais que il senti, et je en alai outre parmi les oreilles dou cheval. Et me resdreçai, au plus tost que je peu, mon escu à mon col et m'espée en ma main ; et messires Erars de Severy (que Dieux absoille !), qui estoit entour moy, vint à moy et nous dist que nous treissiens emprès une maison deffaite, et illec atenderiens le roy qui venoit. Ainsi comme nous en aliens à pié et à cheval, une grans route de Turs vint hurter à nous, et me porterent à terre, et alerent par dessus moy, et firent voler mon escu de mon col.
224. Et quant ils furent outre passei, messires Erars de Syverey revint vers moy et m'emmena, et en alames jusques aus murs de la maison deffaite ; et illec revindrent à nous messires Hugues d'Escoz, messires Ferris de Loupey, messires Renaus de Menoncourt. Illec li Turc nous assailloient de toutes pars ; une partie d'aus entrerent en la maison deffaite, et nous piquoient de lour glaives par desus. Lors me dirent mi chevalier que je les preisse par les frains ; et je si fis pour que li cheval ne s'enfouissent. Et il se deffendoient des Turs si viguerousement ; car il furent loei de touz les preudomes de l'ost, et de ceus qui virent le fait et de ceus qui l'oïrent dire.
225. Là fu navrez messires Hugues d'Escoz de trois glaives ou visaige, et messires Raous, et messires Ferris de Loupey d'un glaive parmi les espaules ; et fu la plaie si large que li sans li venoit dou cors aussi comme li bondons d'un tonnel. Messire Erars de Syverey fu ferus d'une espée parmi le visaige, si que li nez chéoit sus le levre. Et lors il me souvint de monsignour saint Jacque, que je requis : "Biaus sire sains Jacques, aidiés-moy et secourez à ce "besoing".
226. Maintenant que j'oi faite ma priere, messires Erars de Syverey me dist : "Sire, se vous cuidiès que je ne mi hoir n'eussiens reprouvier, je vous iroie querre secours au conte d'Anjou, que je voi là en mi les chans". Et je li dis : "Messire Erars, il me semble que vous feriés vostre grant honour, se vous nous aliés querre aide pour nos vies sauver ; car la vostre est bien an avanture". Et je disoie bien voir ; car il fu mors de cette bleceure. Il demanda consoil à touz nos chevaliers qui là estoient, et tuit li louerent ce que je li avoie loei ; et quant il oye ce, il me pria que je li lessasse aler son cheval, que je li tenoie par le frain avec les autres ; et je si fiz.
227. Au conte d'Anjou vint, et li requist que il me venist secourre moy et mes chevaliers. Uns riches hom qui estoit avec li, li desloa ; et li cuens d'Anjou li dist que il feroit ce que mes chevaliers li requeroit : son frain tourna pour nous venir aidier, et plusour de ses serjans ferirent des esperons. Quant li Sarrazin les virent, si nous lessierent. Devant ces sergans vint messires Pierres de Alberive, l'espée ou poing ; et quant il vit que li Sarrazin nous orent lessié, il courut sur tout plein de Sarrazins qui tenoient monsignour Raoul de Vaunou, et le rescoy moult blecié.

XLVII

228. Là où je estoie à pié et mi chevalier, aussi bleciez comme il est devant dit, vint li roys à toute sa bataille, à grant noyse et à grant bruit de trompes et de nacaires, et se aresta sur un chemin levei. Mais onques si bel armei ne vi ; car il paroit desur toute sa gent dès les espaules en amont, un haume dorei en son chief, une épée d'Alemaingne en sa main.
229. Quant il fut là arrestez, sui bon chevalier que il avoit en sa bataille, que je vous ai avant nommez, se lancierent entre les Turs, et plusour des vaillans chevaliers qui estoient en la bataille le roy. Et sachiés que ce fut un très-biaus fais d'armes ; car nulz n'i traioit ne d'arc ne d'arbalestre, ainçois estoit li fereis de maces et d'espées, des Turs et de nostre gent, qui tuit estoient mellei. Uns miens escuiers, qui s'en estoit fuis atout ma baniere et estoit revenus à moy, me bailla un mien roncin flament sur quoy je montai, et me trais vers le roy touz coste à coste.

[On conseille au roi...]

........................................

233. [...] Et je dis au connestable que je seroie ses chevaliers, et il m'en mercia mout. Nous nous meismes à la voie pour aler à la Massoure.
234. Lors vint uns serjans à mace au connestable, touz effraez, et li dist que li roys estoit arestez, et li Turc s'estoient mis entre li et nous. Nous nous tornames, et veimes que il en y avoit bien mil et plus entre li et nous ; et nous n'estiens que six. Lors dis-je au connestable : "Sire, nous n'avons pooir d'aler au roy parmi ceste gent ; maiz alons amont, et metons cest fossei que vous véez devant vous, entre nous et aus, et ainsi pourrons revenir au roy". Ainsi comme je le louai, li connestables le fist. Et sachiez que se il se fussent pris garde de nous, il nous eussent touz morts ; mais il entendoient au roy et aus autres grosses batailles : par quoy il cuidoient que nous fussiens des lour.


[Le roi et toute l'armée...]


235. Tandis que nous reveniens aval pardesus le flum, entre le ru et le flum, nous veimes que li roys estoit venus sur le flum, et que li Turc en amenoient les autres batailles le roy, ferant et batant de maces et d'espées ; et firent flatir toutes les autres batailles avec les batailles le roy sur le flum. Là fu la desconfiture si grans que plusour de nos gens recuidierent passer à nou par devers le duc de Bourgoingne : ce que ne porent faire ; car li cheval estoient lassei et li jours estoit eschaufez ; si que nous voiens, endementieres que nous veniens aval, que li fluns estoit couvers de lances et de escus, et de chevaus et de gens qui se noioient et perissoient.
236. Nous venimes à un poncel qui estoit parmi le ru, et je dis au connestable que nous demourissiens pour garder ce poncel ; "car si nous le lessons, il ferront sus le roy par deçà ; et ce nostre gent sont assailli de dous pars, il pourront bien perdre". Et nous le feismes ainsinc. Et dist l'on que nous estiens trestuit perdu dès cette journée, se li cors le roy ne fust. Car li sires de Courtenay et messires Jehans de Saillenay me conterent que sis Turc estoient venu au frain le roy et lemmenoient pris ; et il tous seuz s'en delivra, aus grans cos que il lour donna de s'espée. Et quant sa gent virent que li roy metoit deffense en li, il pristrent cuer, et lessierent le passaige dou flum plusour d'aus, et se trestrent vers le roy pour li aidier.
237. A nous tout droit qui gardiens le poncel vint li cuens Pierre de Bretaingne, qui venoit tout droit de vers la Massoure, et estoit navrez d'une espée parmi le visaige, si que li sans li chéoit en la bouche. Sus un bas cheval bien fourni séoit ; ses renes avoit getées sur l'arçon de sa selle et le tenoit à ses dous mains, pour que sa gent qui estoient darieres, qui mout le pressoient, ne le getassent dou pas. Bien sembloit que il les prisast pou ; car quant il crachoit le sanc de sa bouche, il disoit mout souvent : "Voi ! par le Chief Dieu ! avez veu de ces ribaus ?" En la fin de sa bataille, venoit li cuens de Soissons et messires Pierre de Noville, que l'on appeloit Caier, qui assez avoient souffert de cos celle journée.
238. Quant il furent passei, et li Turc virent que nous gardiens le pont, il les lessierent, et quant il virent que nous aviens tournez les visaiges vers aus. Je ving au conte de Soissons, cui cousine germainne j'avoie espousée, et li dis : "Sire, je crois que vous feriés bien, se vous demouriés à ce poncel garder ; car se nous lessons le poncel, cist Turc que vous véez ci devant vous, se ferront jà parmi ; et ainsi iert li roys assaillis par deriere et par devant". Et il demanda, se il demouroit, se je demouroie ; et je li respondi : "Oïl, mout volentiers". Quant li connestables oy ce, il me dist que je ne partisse de là tant que il revenist, et il nous iroit querre secours.

XLIX

 

239. Là où je demourai ainsi sus mon roncin, me demoura li cuens de Soissons à destre, et messires Pierres de Noville à senestre. A tant es vous un Turc qui vint de vers la bataille le roy, qui dariere nous estoit ; et feri par darieres monsignour Pierre de Noville d'une mace, et le coucha sus le col de son cheval dou cop que il li donna, et puis se feri outre le pont et se lança entre sa gent. [...]

240. Devant nous, avoit dous serjans le roy, dont li uns avoit non Guillaume de Boon et li autres Jehan de Gamaches, à cui li Turc qui s'estoient mis entre le flum et le ru, amenerent tout plein de vileins à pié, qui lour getoient motes de terres : onques ne les porent mettre sur nous. Au darrien, il amenerent un vilain à pié, qui lour geta trois foiz le feu gregois. L'une des foiz, requeilli Guillaumes de Boon le pot de gregoiz à sa roelle ; car se il se fust pris à riens sur li, il eust estei touz ars.
241. Nous estiens tuit couvert de pylés qui eschapoient des sergens. Or avint ainsi que je trouvai un gamboison d'estoupes à un Sarrazin ; je tournai le fendu devers moy, et fis escu dou gamboison, qui m'ot grant mestier ; car je ne fu pas bleciez de lour pylés que en cinc lieus, et mes roncins en quinze lieus. Or avint encore ainsi que uns miens bourjois de Joinville m'aporta une baniere de mes armes, à un fer de glaive ; et toutes les foiz que nous voiens que il pressoient les serjans, nous lour couriens sus,et il s'enfuioient.
242. Li bons cuens de Soissons, en ce point là où nous estiens, se moquoit à moy et me disoit : "Senechaus, lessons huer ceste chiennaille ; que par la Quoife Dieu ! (ainsi comme il juroit) encore en parlerons-nous, entre vous et moi, de ceste journée es chambres des dames".

L

243. Le soir, au soleil couchant, nous amena li connestables les arbalestriers le roy à pié, st s'arangierent devant nous ; et quant li Sarrazin nous virent mettre pié en l'estrier des arbalestes, il s'enfuirent et nous laissierent. Et lors me dist li connestable : "Senechaus, c'est bien fait ; or vous en alez vers le roy, si ne le lessiés huimais jusques à tant que il iert descendus en son paveillon". Sitost comme je ving au roy, messires Jehans de Waleri vint à li et li dist : "Sire, messires de Chasteillon vous prie que vous li donnez l'ariere-garde". Et li roy si fist mout volentiers, et puis si se mist en chemin. Endementieres que nous en veniens, je li fis oster son hyaume, et li baillai mon chapel de fer pour avoir le vent.
244. Et lors vint freres Henris de Ronnay, prevoz de l'Ospital, à li qui avoi passei la riviere, et li besa la main toute armée. Et il li demanda se il savoit nulles nouvelles dou conte d'Artois, son frere ; et il li dist que il en savoit bien nouvelles, car estoit certeins que ses freres li cuens d'Artois estoit en paradis : "Hé, sire, dist li prevoz, vous en ayés bon reconfort ; car si grans honnours n'avint onques à roy de France comme il vous est avenu. Car pour combattre à vos ennemis avez passei une riviere à nou, et les avez desconfiz et chaciez dou champ, et gaaingniés lour engins et lour heberges, là où vous gerrés encore ennuit". Et li roys respondit que Diex en fust aourez de tout ce que il li donnoit ; et lors li chéoient les lermes des yex mout grosses. [page 134]

 

© G. Paris, in Récits extraits des poètes et prosateurs du Moyen Âge, Librairie Hachette, 1896, pp. 195-205