Pour cette Fête des Mères 2023, un hommage sans prétention à une mère adorée, de la part d'un grand champion qui ne s'est jamais pris la tête : notre "Poupou"...

 

"Quand je suis devenu coureur professionnel, ma mère a été inquiète : elle avait peur, terriblement peur qu'il ne m'arrive un accident. Car même si elle n'extériorisait qu'assez peu la tendresse qu'elle avait pour ses enfants, elle les a toujours aimés d'un amour profond"

R. Poulidor

 

 

 

Avant que je naisse, ma mère avait déjà eu trois fils. Elle espérait que son quatrième enfant serait une fille. C'est la première déception que je lui ai causée et, j'espère, la dernière. Car pour moi, ma mère, c'est sacré...

Mes parents étaient fermiers dans le Limousin, et dans une ferme il y a toujours beaucoup à faire. Chacun travaillait douze ou quinze heures par jour, consacrées aux soins des bêtes ou à la culture, labourage ou moissons.

Un des premiers souvenirs que j'ai de ma mère, c'est elle en train de pétrir le pain. Car nous faisions nous-mêmes notre pain à la maison. De grosses tourtes de 5 à 6 kilos. L'opération se répétait tous les huit ou dix jours. À mon père revenait le rôle de chauffer le four. Il y mettait le bois, allumait le feu et introduisait les miches quand le foyer était suffisamment chaud.

Un autre souvenir que je garde de ma mère est lié aux Noëls. C'était une grande solennité : ce jour-là, nous avions droit à une orange au dessert. Car nous étions pauvres, très pauvres. Pourtant, nous étions encore un peu plus riches que les autres puisque ma famille était la seule dans te village à posséder un poste de radio, qu'on appelait en ce temps-là la T. S.F. Pendant la guerre de 39-40, je n'avais encore que quatre ans, mais je revois les habitants du village venir tous à la maison pour écouter les nouvelles...

Comme tout le monde était solidaire, dans cette époque où la télévision n'existait pas, où il y avait encore si peu de voitures ! Les gens se rendaient visite les uns aux autres, passaient ensemble les veillées... Ma mère était alors omniprésente pour accueillir chacun. La maison était humble, mais elle en était le pilier. C'était elle qui avait soin de tout, lors de ces grandes fêtes que l'on appelait les "batteuses".

Pendant les moissons, en effet, les habitants de chaque ferme venaient à tour de rôle donner un coup de main au voisin. Et les fermiers pour qui l'on avait travaillé organisaient le soir une sorte de banquet. Quand venait notre tour de "batteurs", ma mère préparait les tartes, les tripes du cochon que l'on avait tué pour l'occasion. Et son visage rayonnait de joie, malgré la fatigue.

Pour compenser la déception qu'elle avait éprouvée en n'ayant pas de fille, c'est moi — le petit quatrième — qui m'efforçais de rendre des services à la maison. Je faisais le ménage, j'aidais à préparer les repas, à laver la vaisselle, j'allais faire les commissions. Et, paradoxalement, c'est en m'employant à ces tâches de fille... en quelque sorte, qu'elle m'a donné le moyen de découvrir ma vocation.

Quand je devais me rendre chez l'épicier, ma mère me prêtait sa bicyclette. C'est ainsi que j'ai appris à me tenir sur un vélo. Pour me récompenser des services que je lui rendais, elle me prêtait aussi sa bicyclette le jeudi et le dimanche. J'allais alors rouler avec des camarades qui étaient beaucoup mieux équipés que moi — ils avaient de superbes vélos de course à guidons recourbés — et qui étaient plus âgés, plus expérimentés puisqu'il leur arrivait de pratiquer la compétition. Or, voilà que j'ai découvert que moi, avec mon vélo de femme, j'arrivais non seulement à les suivre, mais même à les dépasser dans les côtes. Tout a commencé comme ça. Vous savez la suite...

Quand je suis devenu coureur professionnel, ma mère a été inquiète : elle avait peur, terriblement peur qu'il ne m'arrive un accident. Car même si elle n'extériorisait qu'assez peu la tendresse qu'elle avait pour ses enfants, elle les a toujours aimés d'un amour profond. Je me la rappelle encore quand, enfant, j'ai eu une broncho-pneumonie dont on pensait qu'elle risquait de m'emporter : elle était là à me dorloter et à cacher sa peine.

Actuellement, elle a soixante-seize ans. Elle a des cheveux blancs. Elle est légèrement voûtée. Je la vois souvent puisqu'elle habite le même village que moi, à une vingtaine de kilomètres de Limoges. Eh bien ! pour moi, elle est restée toujours la même. Comme tous les enfants, je disais que ma maman était la plus belle. Je le dis encore aujourd'hui.

 

© Raymond Poulidor, in S. Chardin, Ils parlent de leur mère, Hachette 1979

 

 


 

Texte soumis aux droits d'auteur - Réservé à un usage privé ou éducatif.

 

 

La maman de Raymond Poulidor (1936-2019) était née Maria-Marguerite Montlaron en 1903, à Saint-Priest-Palus (Creuse).
Elle s'est éteinte - comme son fils - à Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne), en 1996 (à vingt kilomètres de son lieu de naissance)

 

 

 

 

 

Fête des
Mères
"Si différentes, si opposées, si contrastées qu'elles soient, toutes ces femmes qui ont porté le poids de la vie dans leurs entrailles, puis dans leur cœur, ne font, tout d'un couo, qu'un seul être : LA MÈRE".

[Extrait de l'Avant-propos de l'ouvrage Ils parlent de leur mère]

 

 

 

Quelques articles appartenant à la même catégorie...

 

Leulliette : Algérie 1957
(Écrit le 18 March 1961 par P. Leulliette - Mis en ligne le 18 March 2002 - 9147 hits)
Jude & Cie...
(Écrit le 23 January 1979 par J. Sulivan - Mis en ligne le 15 January 2021 - 3584 hits)
L'avidité de lecture dans Une enfance de rêve
(Écrit le 23 April 2014 par C. Millet - Mis en ligne le 29 May 2022 - 1811 hits)
Le soleil des Scorta
(Écrit le 23 August 2004 par L. Gaudé - Mis en ligne le 1 April 2023 - 553 hits)
J. Romains : La douceur de la vie
(Écrit le 5 May 1939 par J. Romains - Mis en ligne le 5 May 2004 - 13006 hits)
Une année en Provence
(Écrit le 2 August 1994 par P. Mayle - Mis en ligne le 2 August 2001 - 7954 hits)
Heures de pluie
(Écrit le 23 January 1989 par Ch. Baroche - Mis en ligne le 15 July 2016 - 5832 hits)