Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Bon public ! Est-ce qu'ils t'auront ?

, 20:32 - Lien permanent

C'est là le titre d'un opuscule (de 350 pages, tout de même) paru en 1956 et qui concernait une "enquête sur quelques publicités, propagandes, préjugés et partis pris - gaietés et scandales". Il avait été rédigé par un Inspecteur général, si j'ai bonne mémoire, un homme féru de latin et de grec (il était en effet l'auteur de nombreux ouvrages sur l'apprentissage du latin).
J'ai songé à ce titre à l'emporte-pièce en prenant connaissance, à 10 000 km de chez moi, des premiers résultats, plus exactement des sondages qui éliminent sans discussion possible Fillon de la course finale à l’Élysée.

Bon public, ils t'ont donc eu ! Je songe à ce mot de Denis Tillinac : "La droite est majoritaire dans les profondeurs du pays"... Avec Macron, en effet, nous voilà servis ! Et j'éprouve du mépris profond à l'égard des officines qui ont à la fois magnifié le "freluquet télévangéliste", et descendu par tous les moyens malhonnêtes possibles et imaginables celui à qui la route de l'Elysée paraissait, il y a quelques mois, toute tracée.
Et je songe aussi aux imprécations d'un homme que je respecte infiniment, le général Piquemal. Sur Macron, candidat artificiel de la haute finance et des merdias, il a eu des mots particulièrement durs, mais tellement justes. Le général, en effet, a mis en cause ce qu'il faut hélas nommer, cela paraît désormais irrésistible, le futur président. Faisant allusion à la honteuse déclaration de Macron en Algérie (la colonisation, "une vraie barbarie"), il a reproché au "boutiquier électoral" d'être un illettré, ou bien un menteur, pronostiquant bien à tort, hélas, que "ce peuple français n'excusera et ne pardonnera jamais, jamais, cette souillure inacceptable". Il ajoutait : "Vous êtes à jamais indigne de la moindre fonction publique dans notre pays". Las !
Ce patriote parlait d'une France éternelle, qui sans aucun doute, on doit en faire l'amer constat, n'existe plus.
Car le peuple d'aujourd'hui se fout éperdument du "terrible basculement civilisationnel de l'Occident", pour reprendre la belle expression de Natacha Polony, pourvu que son frigo soit plein, et qu'il puisse remplir quand il le souhaite le réservoir de sa bagnole. Il se fout éperdument que le honteux Macron "qui est d'accord avec tout le monde", comme le lui reprocha en direct Monsieur Asselineau (un inconnu dont la vaste et solide culture a illuminé la campagne), a "vendu son vivre-ensemble en détruisant la France ancestrale".
Regardons donc la France qui tombe ! C'est tout ce qui nous reste. Coulons dignement, tandis que, dans nos rues, le "terrible basculement" pourra continuer et amplifier - entre autres - ses provocations vestimentaires.

 

    539 lectures

Commentaires

1. Le lundi, 24 avril 2017, 09:37 par Olivier

Bonjour,

Lors de cette Campagne qui n'en était pas une, François Fillon a accusé nommément François Hollande et ses sbires, d'être à l'origine des coups tordus qui ont torpillé sa candidature.
Dans les sbires en question, je subodore très fort qu'il y eut Bercy dont Emmanuel Macron était le Ministre de l'Economie après avoir été Conseiller de Hollande, car il faut bien des Techniciens pour lancer les Skuds du "Chef de guerre" !

Et hier soir, vlà-t-y pas que François Fillon et tous les enfants de Chœur de l'UMP, Baroin (ex-futur 1er Ministre de Fillon), Raffarien (comme l'avait surnommé le Canard), Juppé (compagnon de maison de retraite de Chirac), Estrosi (qui a du mal à dissimuler ses calculs cachés), vlà-t-y pas donc qu'ils appellent à voter pour ceux-là même qui les ont descendus en flamme....
Il ne manquait plus que NKM et Apparu pour pleurer un bon coup !

Alors, je me suis fait deux réflexions :

1/ Heureusement que je ne me suis jamais lancé dans la Politique, j'aurais découvert que finalement, je ne savais pas nager.
2/ A voir ce spectacle hier soir, je me suis dit que, soit on avait à faire à de parfaits imbéciles (ce qui n'est pas impossible), soit à des super-Chrétiens car tendre la joue gauche de cette façon quand on s'est pris une telle baffe sur la joue droite........ J'admire !

C'est Georges Courteline qui avait raison : "Les gens graves ne sont pas forcément sérieux"

Merci de votre attention et à bientôt pour de nouvelles aventures.

En attendant, "Embrassons-nous Folleville" !

-Cher Olivier, j'ai moi-même été effaré par les raffarinades (et autres collomberies : rassembler, rassembler...).
Mais avez-vous eu le temps de prendre connaissance de la réaction de Christine Boutin, que les merdias brocardent sans arrêt ? Elle a des couilles au cul, cette catholique, croyez m'en !
Très cordialement vôtre,

SH

2. Le mardi, 25 avril 2017, 09:49 par Olivier

Bonjour, 

Votre remarque sur les "couilles" de Christine Boutin me fait penser à la réflexion de Napoléon (Le Grand) à propos de Madame Royale, ci-devant fille de Louis XVI :

"C'est le seul homme de la Famille" disait le Grand Homme qui, par ailleurs et en prenant le pouvoir, avait déclaré : "La Révolution est fixée aux principes qui l'ont commencée, elle est terminée"

- Jean-Pierre Raffarin
- Napoléon Bonaparte
- François Baroin
- Gérard Collomb.

Parmi ces quatre "héros" de l'Histoire, trois intrus se sont glissés.....
Sauras-tu trouver lesquels ?

Bien à vous
Olivier.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet