Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Cher Attali !

, 05:15 - Lien permanent

Ainsi donc, la capitale a-t-elle été la cible de violents affrontements, et de voies de fait "regrettables". La capitale, et plusieurs grandes villes de province, les "taxis" ayant décidé de mettre le paquet pour en finir avec de malhonnêtes (qu'ils disent) concurrents. Bien.
On se souvient que, dans sa véritable fringale de réformes pour la France, Nicolas Sarkozy (qui accusait ses deux prédécesseurs d'avoir été des "rois fainéants" - et comment lui donner tort ?) avait chargé le sémillant Jacques Attali, en 2007, de lui soumettre des propositions pour la relance de l'économie française.

Mais effrayé par le caractère "révolutionnaire" de nombre de recommandations élaborées par la Commission pour la libération de la croissance française, Sarkozy recula, et ne se saisit que d'une pincée des dites recommandations, les moins sulfureuses. Alors, Attali (oubliant qu'en conseillant Mitterrand, il avait mis la France à genoux, en 81-82) n'eut pas de sarcasmes assez violents pour fustiger la timidité du président d'alors. Fin de l'épisode.
Parmi ces propositions, figurait une vieille idée d'Alfred Sauvy : la libéralisation du système de taxis. Huit ans plus tard, cette idée est mise en pratique, de manière certes un peu sauvage, par les chauffeurs d'UberPop. La riposte, je le disais en commençant, ne s'est pas fait attendre : "milices privées", véritables "guet-apens", c'est de façon plus que musclée que les taxis ont défendu leurs privilèges - et le statut quo.

Certes, Flanby, de Bruxelles, a déploré des "violences inacceptables", sans qu'on sache s'il condamnait les taxis, ou leurs adversaires. Mais il a annoncé qu'Uperpop devait être "dissous" (sic) et "déclaré illégal". On voit donc, clairement, de quel côté il se situe. D'autant qu'il a ajouté "comprendre l'exaspération" (!) des chauffeurs de taxi...

Il y avait pourtant là l'occasion rêvée, parce que venue de l'extérieur, de libérer un pan d'activité de chez nous (je n'ignore pas tous les problèmes devant certes être aplanis, pour ce faire), et de mettre en œuvre une mesure-phare du Rapport Attali. Non, le gouvernement a lamentablement baissé son froc : comme devant une minorité de dockers bloquant le port de Marseille - avec le résultat que l'on sait -, de marins pêcheurs mettant la ville de Rennes à feu et à sang, de routiers manifestant sur nos routes, d'intermittents du spectacle défendant leurs incroyables privilèges - de conserve avec les agents d'EDF, ceux de la SNCF... et j'en oublie forcément.

Et croyez-vous que le dénommé Attali y soit allé de ses sarcasmes dévastateurs ? Pensez donc, Hollande est un ami !

 

 

[Mon blog redémarre, là où je l'avais abandonné. Et j'y injecte peu à peu mes pages "Actualité", rédigées depuis ce pathétique 7 mai 2012. L'explication de ce revirement est à trouver à la date du 1er décembre 2016, 20:20]

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet