Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

En marge du crash de Prads-Haute-Bléone

, 05:40 - Lien permanent

Aujourd'hui, la parole est donnée à un ami cher : Un commentaire en marge de cette horrible affaire d'Airbus A320, précipité contre la montagne par un pilote dont on ne sait encore s'il était suicidaire ou animé par une rage terroriste.

Deux conférences de presse sont organisées à quelques heures d'intervalle par le représentant du B.E.A et le Procureur de la République de Marseille.

Le premier nommé, à l'évidence ne nous dit pas tout. Il est probable qu'il a reçu des consignes à cet effet.

Le deuxième est irrité, à juste titre, d'avoir été informé sur le tard du contenu des sons enregistrés et le fait savoir. On espère qu'il n'a pas appris les dernières nouvelles par le New York Times...

Tout ceci fait un peu désordre et se déroule devant les télévisions du monde entier ; la France n'y est pas à son avantage.

Comme si ce n'était pas suffisant, ces deux messieurs nous offrent un spectacle navrant : au Bourget comme à l'aéroport Marseille-Provence, une journaliste "speaking English" demande si on peut lui répondre dans la même langue. Why not, ma chère, mais encore faut-il maîtriser la langue de Shakespeare.

Ce n'est pas vraiment le cas, notamment de la part du chef du parquet de la cité phocéenne. Et voici nos deux hommes empruntés dans des réponses qui ne le sont pas moins.

Mais alors, pourquoi accéder à cette demande par principe ? Qu'aurait-on répondu à un journaliste chinois sollicitant une réponse en mandarin ou en cantonais ? Et à un journaliste francophone désireux d'entendre la langue de Molière aux U.S.A ?

L'anglais doit-il être vénéré au point qu'il s'impose en tous lieux et en toutes circonstances ? Doit-on se coucher devant ce rouleau compresseur ?

Cette journaliste qui travaille peut-être en France - je ne suis pas certain que ce soit la même dans les deux cas - ne connaît pas le français ?

Je lui conseille de l'apprendre, il en vaut la peine. - Jean-Louis

 

 

[Mon blog redémarre, là où je l'avais abandonné. Et j'y injecte peu à peu mes pages "Actualité", rédigées depuis ce pathétique 7 mai 2012. L'explication de ce revirement est à trouver à la date du 1er décembre 2016, 20:20]

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet