Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Gros pardessus

, 03:31 - Lien permanent

Je ne parlerai ni de cette conférence pour ne rien dire, sinon pour les chiens de garde de la pensée unique. Ni de l'école maternelle nouvelle, qui va apprendre à parler français aux petits Français (défense de rire, car il faudrait en pleurer). Ni du panier de crabes trois-points qui empeste le 36, Quai des Orfèvres (dans le genre, Valls aussi est un orfèvre à lui tout seul). Non.

Hier matin, tandis que je roulais presque au pas (Général Hiver oblige), j'ai eu tout loisir d'écouter Yves Calvi interroger Sa Suffisance Blanco, biarrot qui fut certes un bon joueur de rugby (mais que dire de l'impérial Jean-Michel Aguirre, alors ?). Blanco, dont la vanité a augmenté avec son tour de taille, allant de pair avec ses réussites d'homme d'affaires incontestablement avisé, est devenu un "gros pardessus", et ceux qui aiment le sport-roi me comprendront.

Bon joueur de rugby, je le répète, mais d'une intelligence fort limitée et totalement incapable de commenter un match, à telle enseigne que son rôle de commentateur se termina presque aussi vite qu'il avait commencé, au grand bénéfice des téléspectateurs.

Tiens, une parenthèse : deux commentateurs/anciens joueurs sortent du lot, à mon sens : Pierre Albaladéjo, bien sûr, et puis l’extraordinaire Thierry Lacroix, l'enfant de Nogaro, privé d'antenne à la suite de la chute de Salviac, débarqué pour crime de lèse-Valloche (au passage, je veux dire ici combien actuellement m'insupporte Eric Bayle, de Canal+, qui se croit à la radio, nous bourre le mou et empêche Thomas Lombard de s'exprimer).

Bon, j'en reviens au gros pardessus. C'est lui qui a mis Jacques Delmas à la porte du Biarritz Olympique, dont les résultats n'étaient pas à la hauteur attendue. Le B. O. est descendu d'un cran, et Delmas fait désormais les beaux jours de Toulon. Clairvoyant, le bonhomme Serge.

Et comme les résultats de Philippe Saint-André à la tête de l'équipe de France ne sont pas au rendez-vous (c'est une évidence), Blanco, piaffant, s'est immiscé dans le staff pour surveiller de près le "Goret".

Il pourra toujours s'attribuer les bons résultats, afin de viser plus haut, car il ambitionne de présider la Fédération.
Pouah !

 

 

[Mon blog redémarre, là où je l'avais abandonné. Et j'y injecte peu à peu mes pages "Actualité", rédigées depuis ce pathétique 7 mai 2012. L'explication de ce revirement est à trouver à la date du 1er décembre 2016, 20:20]

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet