Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Dehors, l'arbitre !

, 19:35 - Lien permanent

Je sais bien qu'il est strictement interdit de critiquer un arbitre : Bernard Laporte a senti passer le vent du boulet, après sa sortie (pas très justifiée, d'ailleurs). C'est pourquoi je ne vous dirai pas que le referee d'hier, M. Owens, est un salopin, même si je le pense très fortement. Nous sommes toujours arbitrés, lorsque nous sommes opposés à des Anglo-Saxons (ou assimilés), par des arbitres anglo-saxons.

Et très souvent, ce sont nos adversaires, qui sont "arbitrés à la maison" (je fais naturellement exception pour l'excellent franco-irlandais Alain Rolland - qui a d'ailleurs pris sa retraite). Mais je reviens sur ce "match indécis", comme dit L’Équipe, que nous avons failli perdre, contre le cours du jeu, grâce à l'amical soutien du Gallois Owens à l'équipe adverse, lorsqu'il délivra sans hésitation un carton jaune à Rémy Thalès qui, ironie du sort, venait à peine d'entrer (une cape de trois minutes, ça ne doit pas courir les rues !).
Alors que tout au long du match, les Wallabies avaient commis d'impardonnables fautes, à telle enseigne que M. l'arbitre fut obligé d'interrompre le jeu pour réprimander l'un d'entre eux : "depuis votre entrée sur le terrain, vous ne vous êtes pas conduit selon les règles de ce jeu", a-t-il asséné. On attendait le carton, il ne vint pas. Comme pour le placage cathédrale (et tant d'autres fautes), resté impuni.
Ma foi, je me demande si l'équipe de France, d'une vaillance incroyable hier soir (et ce jeune ailier qui a enrhumé pas moins de six adversaires avant de plonger en terre promise !), ne subit pas le sort qui s'acharne sur notre pays : nous sommes la risée, à la suite de notre Président de rencontre, du monde entier.

Pourquoi traiter équitablement des joueurs appartenant à une nation universellement brocardée ? En tout cas, dehors, l'arbitre !

PS. A propos du "capitaine de pédalo", je signale le texte si inspiré de Philippe Bouvard dans le dernier (n° 21 857, p. 186) Figaro Magazine, si inspiré qu'il en est jouissif. Un morceau d'anthologie, que je publierai sur mon site lorsque Hollande tirera sa révérence.

Ajout du 23 novembre : What a pity ! Sans doute mal remis des efforts consentis la semaine dernière, et tellement moins fringants que ces diables de Pumas morts de faim et nettement plus habiles balle en mains, les Bleus de France se sont inclinés, cette fois, et sans panache. Et l'on ne pourra, hélas, pas invoquer l'arbitrage sévère mais impeccable (pour une fois) de George Clancy... Et puis, il faudrait songer à se séparer, enfin, de Papé, papy belliqueux et peu efficace, et qui de plus a frisé la Correctionnelle... Quand je pense que c'est avec "ça" qu'on envisage sérieusement (?) de remporter la prochaine Coupe du Monde...

 

 

[Mon blog redémarre, là où je l'avais abandonné. Et j'y injecte peu à peu mes pages "Actualité", rédigées depuis ce pathétique 7 mai 2012. L'explication de ce revirement est à trouver à la date du 1er décembre 2016, 20:20]

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet