Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Ils nous écoutent !

, 08:20 - Lien permanent

Certes, l'histoire des écoutes Sarkozy-Herzog, qui sort (grâce à quelles complicités, et dans quels buts à quelques jours d'élections importantes ?) dans la médiapresse trotskyste, n'est pas des plus ragoûtante. Mais ceux qui poussent les cris d'orfraie les plus indignés sont les thuriféraires du "mur des cons", les flagorneurs éhontés de la pensée inique.

Et ils n'ont même pas honte.
Alors, il faut leur rappeler une (petite) partie de l'incroyable indignité de la période mitterrandienne, qui a pu prospérer dans le silence judiciaire le plus assourdissant, pratiquant impunément les écoutes téléphoniques les plus crasses, l'intimidation des opposants, la mise sous boisseau du monde judiciaire complice : qui se souvient de la révocation du policier Gaudino, des incroyables astuces pour réduire à néant les instructions du juge Jean-Pierre, de la forte parole d'un soi-disant ministre, parlant à propos de la tâche de ce juge intègre, de "cambriolage judiciaire" (!), de l'affaire du Carrefour du Développement, et de tant d'autres saloperies que les socialistes donneurs de leçons ont discrètement glissées sous les tapis de la République ?
Et quand j'apprends qu'une juge réputée en bois brut, Laurence Vichnievsky, a décidé d'apporter son soutien, à Marseille, à Patrick Mennucci, un pur produit de l'ère Guérini (truand socialiste dont la Justice ne s'approche qu'à pas feutrés, en dépit de l'effrayant tintamarre d'incroyables casseroles), dont elle deviendra la première adjointe en cas de victoire, alors je me dis que les "bâtards" ne siègent pas qu'à Bordeaux - débordant largement la magistrature. Et qu'on n'en a pas fini, avec le système socialiste des "deux poids, deux mesures".

Cher ami, quel plaisir que de lire le fruit de votre grande érudition au service du contre-courant de cette pensée unique nauséabonde et sournoisement envahissante. Merci, cela nous donne une bouffée d'air pur pour monter vers plus d'air. Je ne dirai plus que je vois "la vie en rose", parfois, car cette couleur me rend nauséeux depuis l'ère de la Mitterrandie. - Nicolas

 

 

[Mon blog redémarre, là où je l'avais abandonné. Et j'y injecte peu à peu mes pages "Actualité", rédigées depuis ce pathétique 7 mai 2012. L'explication de ce revirement est à trouver à la date du 1er décembre 2016, 20:20]

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet