Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Loi de séparation

, 06:13 - Lien permanent

 

La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.

C'est l'article 2 de la loi du 9 décembre 1905.

Et voici ce qu'on nous annonce avec enthousiasme : la mosquée de Strasbourg (Strasbourg-Meinau : le lieu où l'on brûle le plus de voitures, en France) "avance", avec ses 1 500 places, ses vingt mètres de haut et sa coupole en cuivre (ce n'est pas la mosquée al-Aqsa, de Jérusalem - 5 000 places - mais ça y ressemble furieusement).

Coût : près de neuf millions d'euro, assurés pour plus du quart sur fonds publics (je sais, régime concordataire. Mais tout de même...). Aristide Briand (le rapporteur de la loi de "séparation"), le petit père Combes - et bien d'autres ! ont dû se retourner dans leurs tombes.

Et pendant ce temps-là, une "votation populaire", à l'initative de l'Union démocratique du centre (suisse), inquiète de l'islamisation rampante de la société (suisse), vient "massivement" d'interdire la construction de minarets (il y a actuellement 4 minarets en Suisse, contre dix en France)...

Le Monde, qui annonce la nouvelle, parle d'une "immense surprise" (on comprend qu'il veut dire : surprise immensément désagréable).


Bravo, la France !

Il est vrai, au fait, que dans le même temps, des centaines d'édifices chrétiens sont érigés dans les pays arabo-musulmans ;-))) (pourquoi riez-vous ?)...

 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet