Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Chronique de la haine ordinaire

, 04:03 - Lien permanent

La dernière lauréate en date du prix Goncourt, Marie Ndiaye, nous ressort la classique tirade haineuse sur la France de Sarkozy, qu'elle ose qualifier de "monstrueuse".

Pour faire bonne mesure, elle reprend à son compte une des plus flamboyantes grossièretés de Marguerite Duras ("la droite c'est la mort").

À cette donzelle qui insulte plus de la moitié du pays, on a envie de dire "ta gueule !".

Tiens, par le plus grand des hasards, il m'a été donné de voir un pot-pourri des imitations de Thierry Le Luron (c'est bien autre chose que la basse vulgarité de Coluche). Dans celle concernant le défunt Mitterrand, j'ai relevé ce texte formidablement prémonitoire (car écrit en 1980), sous l'humour vache, souvent très drôle :

"Y'a que les imbéciles qui gardent la même idée toute leur vie. Ça a toujours été mon idée [...].
Je vous dirai que je ne suis pas dupe et que mon élection à la Présidence de la République entraînerait une catastrophe économique soudaine et profonde pour la France ; je le sais bien mais, vous savez, à mon âge, moi, le destin de la France... [...] Alors moi, je poursuis une ambition personnelle depuis trente ans et si vous voulez, je veux bien envoyer les Français à la retraite de bonne heure, mais moi je ne prendrai jamais la mienne avant que d'avoir été Président de la République" |...]

Donc, la droite c'est la mort.

Madame Ndiaye trouve que la vie, c'est la funeste époque mitterrandienne, les bras ouverts aux assassins italiens, le strict contrôle des changes, l'augmentation des impôts et la "chasse aux riches", les trois emprunts internationaux, la France au bord de la faillite, les "régularisations" massives, les scandales permanents, les ventes d'armes, le sommet de Bujumbura, ses putes et le Carrefour du développement, les suicides dans l'entourage proche, la famille cachée, et j'en passe.

Voilà, en effet, qui n'était pas "monstrueux".
Alors oui, ta gueule, même si la donzelle, ayant au moins ça de plus que le sinistre Noah, est allée au bout de ses idées, et s'est barrée à Berlin.

 

Pourvu qu'elle y reste !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet