Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Voracitude

, 17:22 - Lien permanent

Je prends connaissance avec amusement, dans un Daubé récent, des propos indignés d'un lecteur qui, dans la page Courrier, exprime son ras-le-bol de la "démagogie".
Sans doute électeur de la majorité, il entend ainsi stigmatiser le comportement de l'un des candidats aux élections législatives, dans la circonscription où il demeure. Ce candidat, communiste, ne fait après tout que reprendre, dans sa profession de foi incendiaire, les sornettes malhonnêtes d'une Ségolène Royal concernant le danger créé par l'élection (et même la personne) de Nicolas Sarkozy.
Si je souris, c'est parce que le lecteur ne dit pas tout. Il se trouve que, dans cette circonscription "de tous temps" acquise à l'extrême gauche, s'affrontent, fait assez rarissime pour être souligné, deux candidats relevant de la même obédience communiste.
Et l'un et l'autre s'accusent mutuellement (et avec quelle violence publiquement étalée) de tricherie, de tripatouillage dans les élections préparatoires, au sein du Parti, à la désignation du candidat... Tricheries, chez les communistes ? On n'en croit rien, ou alors l’insupportable vérité éclaterait-elle enfin ?
Voyons, les communistes ne sont pas des tricheurs, c'est bien connu ! Bourrages d'urnes, grattages des procès-verbaux, substitutions d'enveloppes, le PC ne connait rien à ces procédés, il n'a jamais triché, promis juré ! Et pourtant, si les candidats communistes à la candidature s'accusent entre eux de tricherie, mais où va-t-on ?
En tout cas, je comprends maintenant pourquoi certains sont si violemment opposés au vote électronique : car tricher avec un ordinateur, c'est bien plus difficile que d'avoir une urne fendue (eh oui ! Les urnes fendues, ça a existé, et ça a eu payé !).

Où va-t-on ? disais-je. Eh bien, il paraît qu'en dépit des tricheries de quelques-uns, l'on s'acheminerait vers une chambre bleue (sans l'horizon), et que cela va faire très mal, du côté de la gauche en général.
Et c'est pourquoi le PS se déchaîne : face à un Sarkozy "vorace", Hollande veut une gauche "coriace". Et sa compagne (pour combien de temps encore ?) de renchérir et d'oser venir nous parler de la "démagogie" de Sarkozy ! A-t-elle oublié, pour ne citer qu'un seul exemple, les incroyables promesses mitterrandiennes de réduire drastiquement le chômage, face à un Giscard médusé par tant de culot ignorant ?
Au fait, le secret des urnes (seraient-elles réellement fendues ?) n'étant plus ce qu'il était, on a su que Madame Royal, la candidate malheureuse, avait fait un tabac chez les 18-24 ans (dont un certain nombre sont venus, l’été dernier, gonfler considérablement les rangs de son parti, parce que les adhésions à 20 balles, destinées à attirer les gogos, avaient rempli leur office). Et on comprend pourquoi : ces jeunes n’ont pas connu les dérives du règne mitterrandien, les emprunts internationaux, la quasi banqueroute, les caisses désespérément vides, les suicides et autres scandales… Heureusement que les « vieux » étaient là, pour rétablir l’équilibre...

Bref, pour revenir à nos oignons, Madame Royal parle d'or, en souhaitant une "forte opposition".
Car ce qui étonnera beaucoup tous ceux qui ont encore de la mémoire, c’est que les socialistes n’aient rien tenté, en mai 81, pour avoir en face d’eux une "forte opposition", eux qui ont alors accaparé (avec les communistes) 67 % des sièges de l'Assemblée nationale... Et qui claironnaient que l'opposition avait juridiquement tort, car elle était politiquement minoritaire...
Et que n'ont-ils protesté, lorsque, très récemment, les conseils régionaux ont tous, sauf un, basculé dans leur camp (avec l’aide active du Front national, ne l’oublions pas) ? Au lieu qu’ils ont exulté d’une impudique manière, car une victoire acquise dans ces conditions, c’était peut-être Pyrrhus qui montrait le bout de son nez (qui se souvient encore que l’ineffable Jack Lang, alors porte-parole du PS pour la campagne des régionales, avait déclaré que "le temps du réveil a[vait] sonné" pour les socialistes et la gauche ? Et dire qu'il se murmure qu'il ne refuserait pas, cette vieille coquette, une mission du Président...).
Et ils ont dès lors pataugé dans leur voracitude...

Et voici que Max Gallo, nous annonce-t-on, vient de bénéficier d’une élection « royale » à l'Académie française. Qui plus est au fauteuil de Jean-François Revel. Gallo fut député, et même porte-parole du gouvernement socialiste, au temps de la gauche vorace et triomphante. Il s’est éloigné, écœuré par ce qu’il a vu. Il s’est éloigné comme Jean-François Revel. Comme bien d’autres.
Madame Royal et son infidèle de concubin devraient se demander pourquoi. Mais qui soufflera la réponse à Madame Royal ? Il me semble que, le débat qui l’opposait au futur Président achevé, elle s’est débarrassée de son oreillette...

Commentaires

1. Le vendredi, 8 juin 2007, 09:43 par Un citoyen ordinaire

Effectivement, que faire (si ce n'est rire, même jaune) en observant 2 "cocos" s'accuser mutuellement de tripatouillages électoraux ! On aura vraiment tout vu dans cette campagne... C'est un peu comme si, à l'époque, un SS avait accusé un Gestapiste d'antisémitisme !... Oui, rire, même jaune... Quant à la gauche qui hurle à la mort en prévision de la "vague bleue" qui mettrait à mal la démocratie (qui, comme cela vient d'être rappelé, n'a pourtant pas été mise à mal par une certaine "vague rose" post-10 mai 1981...), là aussi, que dire... Faut-il n'avoir aucun programme, faut-il être en panne si sèche d'idées, faut-il être si atone pour faire montre d'autant de bêtise (arrogante) et d'ineptie (triomphante) et faut-il respecter aussi peu ses concitoyens et les prendre pour si peu matures et réfléchis, bref, faut-il les prendre pour si cons que ça pour leur demander après avoir massivement porté leurs voix sur un parti à la présidentielle de se déjuger complètement et d'apporter cette fois leur soutien au parti adverse seulement un mois après... Tout cela est tout simplement GROTESQUE... et très révélateur de l'état de délabrement idéologique et intellectuel dans lequel se trouve cette gauche (caviar) complètement coupée des réalités de la société française de 2007. Pathétique...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet