Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Naissance d'un géant

, 16:12 - Lien permanent

Quelle belle surprise nous a été offerte, avec le téléfilm de France 2, hier au soir !
Jean Jaurès, naissance d'un géant, a tenu toutes ses promesses, aussi bien sur le plan historique que sur le plan cinématographique (encore que j'aie trouvé Jules Ferry encore plus criant de vérité que "notre Jean" lui-même).
Comme quoi, il est possible de présenter intelligemment les "grands hommes" et les héros nationaux (et supranationaux) au temps de la culture de masse médiatique.
On eût dit ce Philippe Torreton, dont je n'avais jamais entendu parler, comme habité par le rôle qu'on lui avait confié, et je m'attendais presque à le voir prononcer le fameux "Ferit aurea sidera clamor", que le modèle avait utilisé dans un discours de distribution des prix.
Tout y était vraiment, présenté avec une scrupuleuse honnêteté. Et même l'allusion à Guesde, dont le parti extrémiste devait l'emporter, quelques années plus tard (en 1920), sur les modérés du type Jaurès. Ce qui fait que les extrémistes ont pu s'approprier l'héritage de Jaurès (la Verrerie ouvrière d'Albi, comme le quotidien l'Humanité)...
Et on a même eu droit à une assez discrète allusion à la mésentente conjugale de Jaurès, affligé d'une compagne qui assombrit ses jours et, vraisemblablement lui coupa un peu les ailes (à moins que, pour transcender ce conflit intime, il ait tourné sa vie vers l'action en faveur des ouvriers ?).

En tous cas, l'époque décrite est heureusement révolue. Et c'est la foutaise de nos syndicalistes d'aujourd'hui, de vouloir nous faire croire que nous sommes encore au XIXe siècle.

Aujourd'hui, il y a moins de patrons exploitants que d'employés exploiteurs. Ainsi vont les retournements de l'Histoire....

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet