Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Un manque cruel

, 12:54 - Lien permanent

On nous parle d'une tragédie dans un hôpital psychiatrique. Et on enchaîne, naturellement, sur le manque cruel de places, de personnel qualifié, etc. Quel que soit le domaine considéré, il y a toujours, en France, un "manque cruel"... Ce qui est cruel, c'est que nous n'osons pas nous regarder en face, faute de quoi nous sommes les champions dans la consommation des anxiolytiques (enfin un domaine où nous sommes les premiers).
J'y songeais en regardant d'un œil distrait, hier, "On ne peut pas plaire à tout le monde". À part les chroniques souvent bien inspirées de Guy Carlier, qu'est-ce qui surnageait ? Peu de chose.

Car pour l'essentiel, il s'agissait de magnifier des minorités, pour la plupart tombant sous le coup de la loi : fumeurs de pétards en direct, tricheurs vis-à-vis du fisc, dévoyés en tous genres, "artistes" de mes deux, putes de tous sexes et surtout du demi-monde.
Et le pôvre Mamère, toutes paillettes dehors, de demander pourquoi ce qui est autorisé chez nos voisins (le mariage homo) ne l'est pas chez nous...

Mais alors, pourquoi le téléphone portable en voiture est-il autorisé aux States, et interdit chez nous ? Je me demandais ce que cette émission, à travers son "best-of", avait de différent par rapport aux émissions si décriées de TF1. En tout état de cause, on eût dit la caricature, qui s'ignorait, des émissions live de Mireille Dumas.
Même la "première dame de France", qui semblait au premier abord pudique, participait de cette mascarade. Car sa douleur face à l'anorexie, elle la confessait devant des millions de téléspectateurs. Rien, par conséquent, n'était plus impudique. J'ai songé que Tony Anatrella (et bien d'autres !) devait bouillir devant son petit écran.

Et j'ai coupé, bien avant la fin, en me demandant si, en définitive, l'islamisme radical qu'on nous promet n'aurait pas, par hasard, un avantage : nous remettre d'aplomb. Certes, à quel prix. Mais d'aplomb. Et je suis sûr que ça viderait les hôpitaux psychiatriques. Et je ne suis pas sûr que ça remplirait les prisons de gens indispensables à la saine marche de la société.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet