Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Pédophilie & vagabondage

, 15:15 - Lien permanent


Le Puy-en-Velay !
Tous ceux qui ont effectué quelque pélerinage connaissent cette charmante petite ville, avec ses montées qui vous coupent le jarret...
Moi, c'est la décision du tribunal correctionnel de la dite ville qui m'a coupé, non les jarrets (elle me l'a fait à plusieurs reprises, la vache ! Hein, Jacquot ?), mais le souffle.
Car il ne faut pas manquer d'air pour relaxer, EN FAIT (six mois avec sursis) un enseignant ayant fondamentalement dérogé à ses devoirs.
On a parlé de l'affaire Russier, je veux bien. Mais ça n'a pas grand'chose à voir, sinon le fait que des adultes immatures se laissent avoir qui par des Lolita, qui par du blé en herbe (tiens, le jour de la Sainte-Barbe, celle-là elle est pas mal).
Mais justement, les adultes immatures n'ont rien à faire dans l'Éducation nationale, où de jeunes êtres ont tant de mal, parfois, à prendre racine, qu'ils ne sont que des victimes innocentes, surtout si consentantes, comme dans l'affaire du Puy.

Le professeur de musique ayant plus du double de l'âge de sa jeune élève/maîtresse, a aussi une compagne "normale", si j'ose dire (parce qu'aujourd'hui, entre les pédophiles, les bi, les triolistes, les partouzards, et j'en passe, on n'ose plus dire ce qui est normal, de peur de se tromper), qui plus est enceinte de ses œuvres. De ses œuvres à lui, Bruno.
Et le voilà qui, sans se soucier le moins du monde de la progéniture que porte sa compagne (il est vrai que les interruptions de grossesse ne sont pas faites pour les chiens), le jeune professeur va jouer d'un autre instrument, dans la pièce à côté. Eh bien non !
Je sais que l'époque actuelle est à la permissivité, et que l'époque précédente n'a pas foutu au trou le dénommé Gabriel Matznef, qui n'a jamais celé ses exploits répugnants, à la sortie des écoles. Ce en quoi elle a eu grand tort.

Mais Matznef (ô l'horreur des prétentions initiatiques de ses amours particulières), que je sache, n'était pas enseignant.
Dans le cas que je rapporte, le dénommé Bruno aurait dû gagner la prison la plus proche, et de manière ferme, et pour deux motifs : abandon de famille, et pédophilie. Avec une exclusion immédiate et sans rémission du corps de l'Éducation nationale.

Nous sommes tombés bien bas, allez. Mais attendez : vous pouvez m'en croire, ce n'est pas fini...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet