Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Relents de fascisme

, 12:47 - Lien permanent

Je voulais regarder cette émission-débat sur les Enjeux de l'Éducation nationale d'un œil distrait seulement, tant je sais combien dans ce genre de manifestation, ce n'est pas la pertinence des arguments qui est retenue, mais l'habileté médiatique de celui qui les assène.

Et je craignais le pire, voyant les mouvements de glotte de Luc Ferry, honnête homme auteur de livres fort estimables, mais si peu roué et politique, contrairement à son contradicteur de Lang.
Et puis, après quelques critiques nuancées, la parole fut donnée à une excitée, dont on nous dit qu'elle enseignait l'économie et la gestion : sa parole hargneuse et combien convenue (l'écoutant, je ne pus m'empêcher de songer à la réflexion d'un cacique socialiste : "Dans les milieux d'enseignants, l'infantilisme et les croyances magiques règnent dès que l'on parle de moyens") me fit douter soit de sa bonne foi, soit de ses compétences en économie et en gestion. Là dessus, coupure.

Elle se prolongea, on eut même droit à un court intermède simenonnien, je passai à autre chose.

J'ai appris la raison, ce matin : une intervention sauvage de professeurs et de provocateurs du spectacle. Naturellement, ces groupuscules qui aspirent à régner par la terreur, ne peuvent que tout faire pour empêcher tout débat : infantilisme et croyances magiques, nous y étions encore.

Avec des relents de fascisme, il faut appeler les choses par leur nom.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet