Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Fin d'une cavale

, 09:14 - Lien permanent

Que de fois les "Yvan Colonna" ont retenti depuis ce matin sur toutes les ondes !

Et je ne suis pas sûr que ce soit sur ordre du pouvoir : les médias sont de zélés serviteurs des puissants du moment. Même s'il faut se réjouir de la fin de la cavale de celui qui faisait depuis quatre ans un sacré pied de nez aux forces de police, il y a un fait, qu'on a largement passé sous silence me semble-t-il, et qui n'est guère réjouissant : les manifestations, les hurlements, les propos haineux entre la République (qui ne semble pas être leur mère-patrie) de ses partisans, en Corse, devant le lieu où il était supposé être détenu, ne laissent pas d'être plus que préoccupants.

Car enfin, le qualifiant de "présumé" assassin n'est là que comme figure de style. Et cette île, que la République, trop bonne fille, met constamment sous perfusion, n'a même pas la reconnaissance du ventre.
Les sifflets qui avaient accueilli l'exécution de La Marseillaise, au stade de France, en octobre 2001, étaient à mon sens moins graves, car l'œuvre de jeunes excités algériens. Au contraire, dans les rues d'Ajaccio, il s'agissait bien de voix adultes.

Ces terroristes ne connaissent qu'un langage, celui de la violence. Et les démocraties ont perdu d'avance, sur ce terrain-là.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet