Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Petite beurette

, 21:19 - Lien permanent


"Son soleil s'est couché avant la fin du jour."
[Jérémie, 15.9] (la jeune Sohane, 17 ans)


Point n'est besoin d'être belliciste pour continuer à s'étonner du traitement de la guerre en Irak, tel qu'il est pratiqué par nos médias.
Le moindre mort irakien est aussitôt porté au débit des Américains, et on ne sache pas que le peuple mésopotamien ait fait l'objet d'autant de sollicitude, lorsque son raïs le gazait ou l'exterminait, par centaines de milliers. Comme si, au-delà de dix unités, nous ne savions plus compter.


Je songe à tout cela en regardant le film Chaos, de Coline Serreau. Certes, ce n'est pas, du moins à mon avis, une œuvre impérissable.

Mais cependant, en quelques images, en quelques dialogues-chocs, tout le problème de l'Islam est posé : je me demande s'il ne s'agit pas, au vrai, du film le plus "raciste" qui soit - d'autres diront le plus courageux.
Et me sont revenues en mémoire deux bribes du pamphlet d'Oriana Fallaci : "Je pourrais fournir des exemples scandaleux du mépris que les musulmans ont envers les femmes... Ils démontrent sans l'ombre d'un doute que pour les fils d'Allah la mort d'une femme n'a aucune importance". Et encore : "Quel sens y a-t-il à respecter ceux qui ne nous respectent pas ? Quel sens y a-t-il à défendre leur culture ou présumée culture alors qu'ils méprisent la nôtre ?"

J'y songe d'autant plus que la télévision, hier soir, a été plus écœurante qu'à l'accoutumée : le spectacle de ces "jeunes" braillant sempiternellement contre la guerre - que savent-ils de la guerre ? - avait quelque chose d'effrayant.
En plein Paris, ou au cœur de nos villes, ce fut un déploiement de drapeaux étrangers, "palestiniens", irakiens et naturellement algériens.
Et je ne dis rien des propos incendiaires.

Lors du même journal, du grain à moudre a encore été porté au moulin des sentiments "racistes" : la justice procédait à la reconstitution du meurtre de la jeune Sohane (17 ans), brûlée vive par un petit apprenti-proxo.
Là encore, ce fut effrayant. Les réactions de ces "jeunes de banlieue", tout entiers acquis à la cause de l'Islam, que dis-je, de l'islamisme, étaient révoltantes, ne fût-ce qu'au regard des élémentaires Droits de l'homme. Et de la femme, en l'occurrence.

Ces "jeunes" - et moins jeunes - ont fait régner leur loi au nez et à la barbe de la foule des policiers présents.
Mais je préfère retenir le rayon de soleil que fut l'intervention - "off", car elle ne pouvait s'exprimer publiquement, bel exemple pour notre démocratie - de la sœur de la suppliciée.

Petite beurette, dans ce triste et lâche bourbier, tu as été l'honneur de la France, oui de la France.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet