Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Livre noir du Communisme

, 08:54 - Lien permanent

Il y a cinquante ans jour pour jour, nous rappelle-t-on à satiété, le génial petit Père des Peuples cassait sa pipe. Enfin ! Diront les mécréants.

Le Bon Dieu lui avait administré la purge létale (ou, peut-être, ses petits camarades ?). L'un des plus sanguinaires tyrans que la planète ait connus passait l'arme à gauche.
Il prétendit mettre fin à l'aliénation capitaliste, il institua la misère et la terreur pour tous. Aussi, le culte dont il fit (fait encore ?) l'objet, en particulier en France, donne honte ou fait frémir, c'est selon.

Et un véritable terrorisme intellectuel, exercé en particulier par nombre d'intellectuels de ce pays, empêche toujours d'ouvrir le Livre noir du Communisme. On ne m'ôtera pas de l'idée que pareil aveuglement relève peut-être de la (mauvaise) foi, mais surtout d'une infirmité du bulbe.

Je rappelle alors qu'il y a tout juste cinquante ans, jour pour jour, un individu tout aussi moustachu mais pacifique nous montrait, pour la première fois, sa pipe : Georges Brassens effectuait sa première apparition publique. Ce drôle prétendait qu'avant de vouloir changer la vie des autres, il fallait commencer par essayer de s'améliorer soi-même.


Quand un siècle aura passé, nous verrons (enfin, nous est une clause de style, vous l'aurez compris) qui, de l'immonde dictateur ou du frêle joueur de flûteau, se produira encore au Panthéon de l'Histoire...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet