Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Élection à Béthune

, 21:30 - Lien permanent

En septembre 1958, commentant un incident du scrutin ayant présidé à la naissance de la Ve République (un électeur lyonnais avait glissé dans l'urne - par inadvertance ? - un billet de banque d'une valeur faciale importante), le Canard enchaîné avait conclu, tristement : désormais les Français veulent payer contents (sic).

C'est ce à quoi j'ai pensé en prenant connaissance des résultats de l'élection municipale partielle de Béthune ; le "bon" socialiste (je veux dire l'intègre) a été laminé par l'infâme parjure.

Il ne suffit pas de s'en attrister, ou de constater qu'un tiers, seulement, des électeurs ont pris le chemin de la votation (autre sujet de tristesse, mais désormais familier dans notre paysage politique).
Il ne suffit pas de faire semblant de se consoler, comme certains, disant sarcastiquement : "Il n'y a plus qu'à nommer Bernard Tapie à la tête du Crédit lyonnais"...

Non, il faut se souvenir que les démocraties sont des organismes particulièrement fragiles, et mortels. Et que chacun, de sa place, y gouverne.
Après un pareil plébiscite, quel instituteur osera faire la morale à ses gosses, en leur apprenant qu'il ne faut pas mentir ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet