Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Un complice de Le Pen

, 06:57 - Lien permanent

Dernièrement (le 2 mai), Alain Juppé a accusé José Bové d'être "l'un des grands complices de M. Le Pen depuis des années". Courroucé par cette opinion subversive, le médiatique leader de la Confédération paysanne a répliqué que le Maire de Bordeaux avait "pété les plombs". Voire.

Cela fait longtemps que Bové fait des émules, avec ses actions et/ou ses mots d'ordre irresponsables et démagogiques. Entre le soi-disant "démontage" du McDo de Millau (au fait, quand va-t-on se décider à envoyer José Bové purger sa peine à l'ombre ?) et l'explosion qui a fait une victime en avril 2000 dans un McDo des Côtes d'Armor (pour ne pas parler de l'attentat raté au McDo de Pornic), qui ne voit l'évidente filiation ?

Qui ne voit que sa croisade contre l'Amérique et la "mal-bouffe" (on ne sache d'ailleurs pas que les repas de McDo soient plus fournis en cholestérol que le Roquefort à Bové) provoque la montée d'un intégrisme xénophobe qui ressemble beaucoup à celui que développe Le Pen ?

Et songeons aux campagnes d'arrachage des plants ogm (à cet égard, il paraît que le propre père de José, biochimiste de renom, aurait déclaré : «Au Moyen Âge, on brûlait les sorcières. Aujourd’hui on brûle les plants transgéniques !» En voilà un qui sait à quoi s'en tenir sur les agissements de son propre fils !), à ces voyages aux quatre coins de la planète, sous prétexte de défendre des idées "anti-mondialisation" par des discours simplificateurs. Quelle filiation peut-il y avoir entre cette permanente insulte aux États-Unis (qui ne devraient leur position dominatrice qu'à la seule mise en coupe réglée du Tiers-Monde !) et les attentats du Onze septembre dernier ? On peut, au moins, se poser la question.
À tout le moins, il faut se contenter de sourire lorsqu'on lit la déclaration du même Bové, expliquant que les 20 % de votes en faveur de l'extrême droite sont "le résultat de vingt ans de néo-libéralisme". C'est lui, pour le coup, qui a pété les plombs. Si jamais il en a eu...

Ce qu'il possède pour le moins, c'est un toupet à toute épreuve, car il y a plus que des connivences entre la "préférence nationale" de Le Pen et les thèses ultra-protectionnistes et chauvines du chantre de la «Roquefort liberation» qui, de Millau à Seattle en passant par Porto Alegre, le lagon de Mururoa, Davos, Québec, sans oublier le "soutien" à Arafat, se porte volontaire partout où la médiatisation des événements l'emporte sur la réflexion, et où il peut donc occuper la vedette.

On en vient à se demander quand il prend le temps de gagner son pain. Mais ceci est une autre question, tellement secondaire...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet