Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Elle n'est pas une sainte

, 07:50 - Lien permanent

On peut goûter très modérément les paroles et actes passés des frères Cohn-Bendit, aux relents d'anarchisme mal digéré voire de pédophilie plus ou moins repentie.

Mais ce qu'ils viennent d'écrire dans Libé (le n° d'hier), sous le titre Arlette n'est pas une sainte (attaquant la candidate permanente des Travailleuses-Travailleurs avec une violence inouïe - autant que solidement argumentée) est d'une rare intelligence : j'en donne ici la conclusion, qui s'élargit au débat actuel, avec une clairvoyance (pessimiste, mais il y a peut-être pléonasme) qui m'apparaît étonnante :

"Nous n'avons pas attendu qu'Arlette soit à 10 % pour crier à la mystification et au mensonge. En 1968, le dernier chapitre de notre livre Le gauchisme, remède à la maladie sénile du communisme, publié au Seuil, se terminait par un chapitre intitulé «Stratégie et nature du bolchevisme».

Sur ce point au moins, nous non plus nous n'avons point changé. Hier, les «compagnons de route» soutenaient un PC stalinien ; ceux d'aujourd'hui, toujours aussi ignorants et suivistes, soutiennent Arlette. Mais nous ne pouvons pas occulter la question : «Que d'erreurs avons-nous commises pour que le vote de tant de gens ne soit que l'envie de dire "merde"»
.
Il y aura certes toujours un vote purement contestataire de droite comme de gauche.
Mais Arlette plus Le Pen auxquels il faut ajouter Chevènement, cela fait 30 % et cela ne peut que nous interpeller sérieusement
".

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet