Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Fun Radio

, 20:55 - Lien permanent

Je me rendais de C. à C. visiter ma mère, il était près de cinq heures, j'allumai la radio pour avoir les nouvelles. Pourquoi diable cette station se fit-elle entendre ? À percevoir les éclats, je compris que ce n'était guère le langage de la maison, mais je voulus attendre patiemment les informations - que je n'eus point.
À la place, une sacrée augmentation de mon potentiel lexique ! Il s'agissait d'un certain Arthur, et de Fun Radio ; je n'ai jamais entendu parler de ce grotesque hurluberlu ; et Arthur, pour moi, c'est naturellement Rubinstein, le pianiste au doigté divin.

Non, l'autre, ce serait plutôt le doigté gynécologique, avec commentaires gluants à l'appui. Si j'avais entendu, au départ, qu'il s'agissait de "Tu pues du cul" (voyez combien on donne dans l'intellectuel, sur cette radio fun, c'est sûr que pour les lycéens préparant le bac, c'est un sacré plus), j'aurais bien entendu coupé, et c'eût été à tort.
Car, au milieu de toutes leurs saletés (ce sont des malades), une fleur se mit soudain à éclore. Il s'agissait d'un dénommé Guillaume, racontant en direct qu'il avait rencontré une fille en septembre je crois, et que depuis, il ne vivait plus : je l'aime grave, elle est trop parfaite, affirma-t-il. Fut-ce la double incorrection ? Ce langage très nouveau (pour moi) ? La naïveté face à la rouerie de ces attardés mal torchés (j'ai pensé à Tony Anatrella, qui a déjà tout dit là-dessus) ? J'en restai bouche bée.

Je passe sur l'appel en direct de l'objet de ses feux ; sur les pleurs mêlés de rires : c'était Molière et Marivaux, c'était sublime, et ils ne le savaient point. Certes, quand les mois auront passé quand seront apaisés leurs beaux rêves flambants... Mais ceci est une autre histoire.

En attendant, les connards de la société dépressive, pour jeter de l'huile sur le feu, intervenaient avec excessive délicatesse, par derrière (si je puis dire), lançant leurs lazzis putassiers, et quand est-ce que tu vas te la faire, etc. Bref, en plus de sa réponse (affirmative), le Guillaume obtint un scooter ! Il pourra rejoindre sa belle, et lui dire les choses micro fermé...
Les deux candidats suivants (eux ne se connaissaient pas) furent introduits, c'est le terme, sans ménagements, elle invitée à raconter sans pudeur combien de fois et dans quelles positions, affirmant que c'est super, que c'est génial (pas les positions, le tu pues du cul), lui, étudiant besogneux à Toulouse, devant avouer qu'il s'astiquait régulièrement (et les animateurs d'ajouter toujours de nouvelles branlées).

Et moi, je refermai ce bordel, pensant à part moi qu'en dépit de l'air du temps, de tous les chantres des perversions et des déviances, des gesticulateurs des libertés tous azimuts, le miracle était qu'on perçût encore Tamino, enchanté, dialoguer avec Pamina : un Guillaume a toujours le cœur serré, lorsque sa Pauline, il l'aime grave.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet