Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Barcelone

, 02:37 - Lien permanent

Sans doute l’œuvre de quelques déséquilibrés, voire dépressifs, les pauvres ! Qui devaient rouler, imprudents, avec des pneus lisses...
En tout cas, pourvu qu'il y ait assez de bougies pour s'incliner devant l'évènement, sinon le magnifier ! Car dans le domaine des chandelles, et autres candélabres, ô combien nous excellons !

Lire la suite...

Subversion, quand tu nous tiens...

, 05:20 - Lien permanent

Comme il n'y a pas grand-chose à se mettre sous la dent question politique - car pour paraphraser Michel Houellebecq, "la magie hypnotique qu'il [Macron] répand continue à opérer", il me semble que l'heure est venue de parler un peu, comme je l'avais précédemment annoncé, d'un personnage fort bien placé dans la médiasphère, j'ai nommé le sieur Feldschuh, dit Michel Field. Récemment, on a pu lire que le drôle s'était fait vider du poste très lucratif qu'il occupait jusqu'alors : directeur de l'information de France Télévisions, ce qui n'est pas rien au point de vue influence et niveau de responsabilités. Et certains ont pu découvrir le sémillant personnage à cette occasion. Mais je reviens bien, bien en arrière...

Lire la suite...

Ils m'ont obligé à voter socialiste, ces cons !

, 08:40 - Lien permanent

Si j'ai bonne mémoire, c'est mi-novembre 1958 que le jeune hebdomadaire l'Express publia une caricature montrant un Soustelle croqué en petit scout, sac tyrolien aux épaules, répondant à un immense de Gaulle penché sur lui : "Je suis venu préparer l'arrivée du gros de la troupe". Jacques Soustelle (quel grand intellectuel, celui-là !) avait en effet été élu député (de Lyon !) dès le premier tour, avec 34 autres (contre 4 élus au premier tour ce 11 juin). Le "gros de la troupe" UNR (Union pour la Nouvelle République), qui allait soutenir sans faille l'oeuvre de redressement du pays entreprise par le Général, ne fut en fait que 35 %, en gros, de la future Assemblée, ce qui fait que l'opposition eut son mot à dire - et le dit. Et quand je pense que tous les féroces opposants d'alors se réclament, aujourd'hui, du Général et vont solennellement commémorer ce jour l'appel du 18-juin... Mais passons à autre chose...

Lire la suite...

"Aller loin, vite et fort"

, 20:35 - Lien permanent

Tandis que la campagne pour les législatives bat son plein, ou plus exactement son vide, on nous rebat les oreilles avec une "Mani pulite" à la française, et à cet égard Éric Zemmour note malicieusement que ceci se déroule sous le regard "d'une justice et de médias soudain bien moins vindicatifs", eux tellement prompts et acharnés, il y a peu, à descendre Fillon. C'est pourquoi plus que de "Mani pulite", on devrait parler de manipulateurs puissamment aidés par des médias complices.

Lire la suite...

Amère victoire, amère défaite

, 13:30 - Lien permanent

Elle était inéluctable dès les résultats du premier tour acquis, et pourtant les médias se sont bousculés pour nous faire la leçon - et tenter de nous faire peur. Il n'est pas jusqu'au dernier éditorial du Figaro qui ne soit entré dans la danse, nous affirmant que "le vote Macron [était] la voie de la raison". Ce qui, soit dit en passant, donnait du poids à l'existence, claironnée depuis si longtemps par Mme Le Pen, d'une alliance "UMPS". À cet appel succéda une volée de bois vert de la part des commentateurs de l'éditorial : "la voie de la raison : vote blanc ; la voie de la colère : vote Marine !" résumait l'un des intervenants.

Lire la suite...

- page 1 de 176