Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Vive la défaite !

, 02:44 - Lien permanent

Hier au soir, pas de manifestations intempestives, pour ne pas dire gueulardes, aux alentours de onze heures : j'en ai conclu que nous allions peut-être voir s'éloigner l'incroyable martèlement publicitaire autour du football féminin en général, et surtout de l'équipe de France en particulier, tintamarre que n'eût pas désavoué la Propagandastaffel, tant l'impossibilité d'y échapper était manifeste.

Lire la suite...

D'un philopède et de ses zélateurs

, 10:27 - Lien permanent

Les hasards d'une vente de livres "déclassés", d'une bibliothèque municipale, me rendirent maître et possesseur du premier tome du Journal de Gabriel Matzneff (années 1953-1962. Sauf erreur, l'auteur a publié au moins treize volumes de son Journal...). Et si j'utilise le passé simple du mode Indicatif, c'est pour marquer le long intervalle de temps qui s'est écoulé entre cet achat et sa lecture. Que dirai-je de cette lecture, dès l'abord ? Essentiellement ma honte teintée d'horreur.

Lire la suite...

D'un facteur prénommé Ferdinand

, 17:17 - Lien permanent

Ainsi donc Nils Tavernier, après De toutes nos forces, nous donne à voir "L'Incroyable Histoire du facteur Cheval". Nils est le fils de l'immense Bertrand Tavernier (dont, si on ne doit retenir qu'un film, ce sera "La vie et rien d'autre" ; et si on peut en choisir un second, alors on ira vers "Dans la brume électrique") : bon sang ne saurait mentir, et c'est le cas.

Lire la suite...

Un geste pas si anodin

, 17:50 - Lien permanent

"Parler vrai sur Audin, c’est commencer à sortir de l’amnésie" : la dernière livraison de Réforme (n° 3769 du 20 septembre) renferme un article louant jusqu'à l'obséquiosité le geste de Macron. Son auteur se proclame "ancien conseiller de Michel Rocard" - qui lui-même, il est piquant de le rappeler, fut un ami du FLN et un "porteur de valises"... Inutile de préciser dès lors que cet article dégoulinant de repentance m'a fait bondir. Et que je me dois de réagir, en faisant appel à mon passé, et à la connaissance du passé...

Lire la suite...

Choses vues, juin 2018

, 03:54 - Lien permanent

Ces choses-là sont rudes.
Il faut pour les comprendre avoir fait ses études

[Victor Hugo, Les pauvres gens, X, in La Légende des siècles, 1859].

J'avais passé les journées autour du 6 juin à parcourir les plages du Débarquement, au milieu, hélas, d'une foule immense de figurants souvent ventripotents déguisés en GI's de 1944 (mais sans les redoutables "scies d'Hitler" qui, même tirant à blanc, les eussent dispersés comme peureuses volées de moineaux). Et je poursuivais mon chemin vers l'ouest, au-delà du Mont Saint-Michel. Pourquoi donc ? Eh bien, mon père étant natif de Brest, je n'ai pas à me justifier plus avant. J'étais donc, c'était en fin d'après-midi, arrivé en Bretagne. Dans une petite ville indéfectiblement acquise au parti socialiste, ceci expliquant sans doute (au moins en partie) ce qui va suivre. J'avais par avance loué, un peu au hasard, une chambre pour une nuit, dans un truc modeste, une formule bien connue.

Lire la suite...

- page 1 de 179