C'est Noël ! - D'un vieux tableau... et d'une histoire toute neuve

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

C'E S T   N O Ë L !

 

 

 

 

 

Essaie de te représenter, mon Tiennet, combien fort il avait neigé toute la nuit ! J'avais laissé, au soir, notre charreton vide, les brancards au sol, près du grand frêne : eh bien ! quand je suis sortie, le matin, voilà qu'il était chargé comme d'un énorme tas de bagages - un tas tout blanc. L'écuelle en faïence bleue avait disparu, et nos trois poules avaient beau piocher dans la neige, elles enfonçaient courageusement leur tête et leur cou tout entier dans le froid : elles n'arrivaient pas à ramener un seul grain.

Sur le ruisseau gelé, les gamins au nez rouge jouaient, se bousculaient, criaient en faisant des glissages. Les vieilles gens, elles, avaient bien trop peur de tomber, comme avait fait la pauvre tante Lisbeth ! Quand il leur fallait absolument sortir de la maison pour aller à l'épicerie chercher du pain ou de l'alcool à brûler, elles s'avançaient à tous petits pas, la main serrée sur un gros bâton. Et elles s'étaient emmitouflées dans tant de châles, de fichus et de cache-nez qu'on aurait dit, rôdant sur la place, de mystérieuses bêtes sorties de la forêt.

Tu te figures bien comment c'était, mon Tiennet ? Notre petit village de Maasbrugge sous la neige… Eh bien ! c'est là, au milieu de tout ça : bêtes, choses et gens, tous ces êtres grelottants et bruyants et mouvants ; c'est au cœur de cette longue, longue pénombre de l'hiver ; c'est parmi les tracas, et les drôleries aussi, et les mille gestes ordinaires de la vie de tous les jours ; c'est là qu'il y a eu, dans la grange, à l'endroit où ton père, la veille, avait aménagé un abri dans le foin pour que s'y réfugie une vaillante petite maman en voyage… c'est là qu'il y a eu, un bref instant, ce cri, ce minuscule cri angoissé et fragile d'un tout petit bébé…

Et maintenant, mon enfant, mon enfant à moi, comment te dire ça ? comment te le faire comprendre, mon petit ? - maintenant, nous savons tous, dans notre village… oui : ton papa et ta maman le savent, et la vieille voisine aussi, et le cordonnier qui sifflote en tapant son cuir, et le maître d'école…, nous savons, comme ils savent aussi, derrière ces collines, dans ces pays que tu ne connais pas, nous savons que le Maître du monde est notre ami, et que c'est beau de vivre (et même de mourir), et que tout ce qui se passe sur la terre n'est pas inutile, ou idiot, ou méchant, mais que cela possède un sens - un sens du bonheur".

 

 

Lecteur, qui lis ceci au cours des jours qui précèdent Noël, sache-le : aujourd'hui même, en cent endroits des Flandres, ou des pays du Nord, il y a des mamans qui, tout en récurant leur cuisine, ou en astiquant les cuivres, ou en lavant des couches, - comme je viens d'essayer de le faire, mais beaucoup mieux que moi -, préparent doucement dans le secret de leur cœur des mots familiers dont elles se serviront bientôt pour révéler à leurs enfants le grand mystère (c'est pour aider ces mamans des pays de brume que le vieux Breughel a peint des images qui traversent les siècles).

Y songes-tu bien ? D'autres mamans se préparent semblablement - avec des mots tout autres, pour dire la même chose - dans la brousse malgache, au bord des fleuves de l'Inde, dans les buildings new-yorkais (eh oui !), ou dans les maisons de notre Provence. Et il y a, non pas cinquante ans, ou cinq cents, ou mille, mais beaucoup plus qu'il en est ainsi chaque année.

Et voici : ce récit fait à mi-voix, auprès d'une crèche, ou sur le bord d'un petit lit, il est chaque fois comme une graine semée, sur qui la neige silencieusement va s'accumuler longuement… Jusqu'à ce qu'un jour jaillisse de la neige la tremblante jeune herbe d'une foi qui commence à croître.

La foi née de ces semailles secrètes, la foi d'un François d'Assise, peut-être, ou d'un Blaise Pascal, d'un Coligny, d'un Jean-Sébastien Bach, d'un Livingstone, d'un Oberlin. La foi de ta mère, lecteur.

 

 

© Pasteur Jean-Jacques Bovet, in L'Église réformée vous parle, 2e année, n° 15, décembre 1956

 

 

PS. : Tiennet est né un 24 décembre, ce qui explique certaines choses...

 

 


 

- Texte soumis aux droits d'auteur - Réservé à un usage privé ou éducatif.

 

 

 

 

 

Accéder à la page Accueil de Noël