C'est Noël ! - Rencontre à Central Park

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

C'E S T  N O Ë L !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je venais de me réveiller. Il était 6 heures du matin et il neigeait encore sur New York en ce 25 décembre.

Je décidai de m'habiller rapidement et de sortir profiter du calme qui régnait sur Manhattan à cette heure. Je sortis de mon appartement et gagnai Central Park en marchant rapidement car le froid était vif. Je m'assis sur un banc et restai ainsi, la neige me rentrant dans le cou, car j'avais oublié mon écharpe. Je regardai autour de moi et ne vis personne. Tout semblait comme endormi. Seules quelques lumières étaient allumées dans quelques maisons.

Je restai là à penser à ce que je ferais aujourd'hui, en ce jour de Noël, car je n'avais ni famille proche, ni amis, et avais décidé de passer cette journée seul. En tournant la tête, je remarquai qu'un homme était venu s'asseoir sur le banc le plus proche.








Je lui fis un signe de la tête, et l'homme répondit par un sourire et un geste de la main. Sans doute avait-il décidé lui aussi de rester seul aujourd'hui ou tout au moins de profiter de la tranquillité du matin. Mais il se leva et vint s'asseoir à côté de moi.














Nous nous mîmes à parler de ce Noël, qui serait si différent des autres. L'homme me raconta qu'il venait d'un endroit très différent où le froid et la haine n'existaient pas. Son visage semblait s'illuminer quand il parlait. Il était calme et serein et il émanait de lui une grande intelligence. Il rêvait d'un monde parfait où la haine et le mépris n'existaient pas. Un monde dans lequel chaque individu pourrait avoir confiance en l'autre.

J'avais la tête entre mes mains, les coudes posés sur mes cuisses. Je restai là à l'écouter pendant une heure sans doute.







Quand, engourdi par le froid, je me relevai pour me dégourdir un peu, je vis que l'homme n'était plus là. Je regardai autour, mais le parc était vide. Alors, je me décidai à rentrer chez moi. Je me mis à marcher en direction de mon appartement.















Je pensai à cet homme que je venais de rencontrer, et je me dis que, peut-être, je m'étais assoupi et avais rêvé d'un monde meilleur, d'un monde de paix.




 

 

 

© I. C. in Le Monde du 13 décembre 2001

 

 


 

 

- Texte soumis aux droits d'auteur - Réservé à un usage privé ou éducatif.

 

 

 

 

Accéder à la page Accueil de Noël