Nous l'avons tant aimé (philéo)...

C'était fin 1965. À la télé (il n'y avait alors que deux chaînes, et la seconde n'avait qu'une année d'existence !) la première campagne présidentielle battait son plein. Le jeune candidat de la gauche ("Un Président jeune, pour une France moderne"), qui n'était pas encore permanent, fit sensation lors de son premier discours, en stigmatisant le régime autoritaire du général vieillissant (Le coup d'État permanent) et en martelant à plusieurs reprises, à propos des affaires de l'État : cela vous concerne, et cela vous regarde. Fort bien. C'est ce qui nous donne aujourd'hui un droit certain à l'inventaire, comme dirait cet autre de Sainte Gabelle. Car, de plus, nous ne sommes jamais allé à la soupe. Point à la ligne.
Le même disait encore avec superbe, le 16 mars 1978, "l'argent, partout l'argent ! Eh bien moi, je préfère tendre la main aux travailleurs plutôt qu'aux maîtres de l'argent. Voilà la vérité". Hum. On sait ce qu'il en est advenu : l'ami de Roger-Patrice Pelat et de René Bousquet a tendu beaucoup de mains... Alors, il est sans doute salutaire de verser un peu d'anti-mythes. Ce qui ne m'empêche pas de lire avec quelque sympathie des ouvrages modérément hagiographiques, comme celui, chaleureux - Mitterrand, Jospin et nous - que Jean Glavany a fait paraître chez Grasset, en 1998.

 

Filtre
Affichage # 
Immigrés et santé publique 1 mai 2018 Écrit par Michel Poniatowski 1135
Dîner de gala, ou gala des adieux ? 1 avril 2018 Écrit par A. Chemin 991
La gauche la plus bête du monde 15 octobre 2015 Écrit par J. Dutourd 1895
Il interpela Pelat 15 septembre 2015 Écrit par SH 2490
Le couple infernal 13 juin 2013 Écrit par J.-F. Kahn 2582
Mitterrand, ou l'habitude 11 mai 2013 Écrit par Jean Dutourd 2248
Au cap d'Antibes, la chambre du Président 18 avril 2013 Écrit par J. P. Murciano 8802
Facétieux Jean Dutourd : On m'écoute, enfin ! 10 novembre 2012 Écrit par Jean Dutourd 2280
Phil. Meyer : Portraits croisés 6 novembre 2012 Écrit par Ph. Meyer 2022