Le pillage de la Sécurité sociale

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Jean Rouch ! Peut-être ce nom rappelle-t-il certaines choses à certaines gens ?

 

 

Quel candidat à l'élection présidentielle osera dénoncer le pillage de la Sécurité sociale par tous les acteurs ou presque : médecins généralistes, chirurgiens, ambulanciers, mais aussi cliniques privées, laboratoires et hôpitaux publics, sans compter un grand nombre d'entre nous, les ayants droit ?

Les Inspections des Affaires sanitaires, des Finances et de l'Administration jugeaient il y a quelques mois "proprement stupéfiant" que "la nation consacre 300 milliards de francs" par an aux établissements hospitaliers publics et privés sans que leurs activités soient mesurées, les coûts connus et que la qualité des prestations soit même seulement approchée.

Le professeur Béraud, dan son rapport (septembre 1992), avait déjà dénoncé "la très grande fréquence de la petite délinquance" chez les praticiens libéraux, et même "la grande délinquance" à propos d'actes médicaux fictifs ou de fraudes sur les prix des prothèses, s'en prenant à "la mansuétude du Conseil de l'Ordre", et estimant les abus à 120 milliards de francs par an (Le Monde du 17 novembre 1992).

À quoi bon donner des exemples ? La lecture du Canard enchaîné ou du Monde (22 février) suffit pour se convaincre de l'étendue du mal.

Avant d'envisager l'augmentation de la CSG, quel candidat osera relever ce défi ?

 

 

© Jean Rouch, lettre publiée dans Le Monde, 11 mars 1995

 

 


 

 

Texte soumis aux droits d'auteur - Réservé à un usage privé ou éducatif.

 

 

Le cinéaste Jean Rouch est décédé, fin février 2004, dans un accident de voiture au Niger. Il avait 86 ans.