Vous avez dit analphabètes ?

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Ce texte polémique, d'un humour très grinçant, "passera" sans doute assez mal, ne fût-ce que parce que, datant de plus de vingt ans, il fait référence à des événements (et personnages) très certainement oubliés de nos concitoyens. Mais tentons le coup : si nous n'approuvons pas tout ce qu'il énonce, nous apprécions du moins la parole véhémente d'un homme libre, ce qui nous fait le plus défaut, aujourd'hui, dans cette cohabitation gluante et sirupeuse.

 

Selon les médias :

 

"Plus de 50 % des Indiens sont (1) analphabètes ; 65 % des Afghans sont (1) analphabètes ; 75 % des Iraniens sont (1) analphabètes".

Peut-être ! Sans doute même ! Mais ils ont, respectivement :
- rappelé une femme à la tête du pays ;
- malmené la puissante armée soviétique ;
- détrôné le Shah !

Les Français, eux, ne sont pas analphabètes... Il savent tous :

- que l'armée a droit à 7 % de pertes ;

- que le moteur à eau, "ça existe... mais que les compagnies pétrolières multinationales..." ;

- qu'un napoléon peut valoir jusqu'à 1.130 F ;

- que le vin rouge et le pastis sont des aliments énergétiques ;

- que le haschisch est un violent poison ;

- qu'une place de parking vaut bien un coup de poing, voire la mort ;

- que l'essence est chère (nota : une bouteille d'eau d'Évian vaut 20 F en Arabie Saoudite) ;

- que les deux millions de handicapés sont le fruit de rapports consanguins ;

- où se trouvent Gorki, le Chemin des Dames, Wallis-et-Futuna, l'îlot de Clipperton et Mayotte ;

- Que les États-Unis, eux, n'interviennent jamais dans les affaires intérieures d'un pays ;

- que la durée du travail en France est la plus courte de la C.E.E. ;

- que les charges sociales y sont les plus élevées ;

- que les transporteurs routiers détruisent le réseau routier en cinq à six ans ;

- que le déficit de la Sécurité Sociale, c'est "les autres", et plus précisément, les laboratoires pharmaceutiques ;

- qu'en URSS, il n'y a pas de chômage, ni d'inflation, ni de crise, ni de misère, ni d'alcoolisme, ni de crimes, ni même de catastrophes naturelles ;

- qu'avorter, c'est attenter à une vie, mais que la peine de mort, la légitime défense… ;

- que le droit de cuissage existe encore en Afghanistan ("si, si, M. Marchais l'a répété trois fois à la T. V.") ;

- que le droit de cuissage n'existe pas … en France (quelle évidence !) ;

- que "prendre des vacances" consiste à rouler vers le Sud tous ensemble, le même jour et à la même heure, et pendant 1000 km ;

- que pour diriger la France, il faut l'avoir dirigée auparavant ;

- que l'extraordinaire divergence d'intérêts opposant les ouvriers d'une même chaîne ou d'un même atelier justifie l'existence de cinq ou six syndicats ;

- que 1 kilomètre en voiture coûte moins cher que 1 kilomètre en train ;

- que le charbon français est rentable ;

- que l'impôt sur le revenu atteint un niveau intolérable ;

- que les "droits de succession" sont scandaleux (sur le plan du principe) et extraordinairement élevés ;

- que les "privilèges" sont le privilège des seules professions libérales ou indépendantes ;

- que le chômage résulte de la présence des immigrés ;

- que les grévistes ne défendent jamais des privilèges (pilotes d'avion, médecins, aiguilleurs du ciel, ouvriers du Livre ou de la Régie, dockers, employés de la Caisse d'épargne, agents des chaînes de télévision, pompiers professionnels, pêcheurs du secteur industriel…) ;

- que les Corses sont des fainéants, les Nordistes des travailleurs, les Bretons des têtus, etc.…, etc.…;

- que tous leurs compatriotes sont les meilleurs amants (et les Françaises… des âmes perdues) ;

- Etc., etc.

Les Français savent tout cela et bien d'autres choses encore ! Et le système éducatif et informatif corrigera probablement dans les prochaines années les dernières lacunes subsistant ici ou là.

 

(1). Seraient paraîtrait mieux adapté.

 

 

© Cl. C., in Le Monde du 18 octobre 1980

 


 


Texte soumis aux droits d'auteur - Réservé à un usage privé ou éducatif.