Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Méthode globale ?

, 17:35 - Lien permanent

Les statistiques de visites de mon site ont explosé, hier : c'est ainsi que j'ai appris, par la bande, que le Ministre y était allé de ses sottises (pour l'instant, je suis poli) à propos de la méthode globale, le Loch Ness de notre pédagogie. Avant même de le lire dans les journaux.
J'ai devant les yeux le manuel où on m'a appris, à quatre ans, à lire. En riant, la lecture sans larmes, édition de 1938, chez Nathan (celui-là, quelles qu'aient été les modes et les gouvernances, il s'est fait continûment des couilles en or, avec l'école !).
Je fus dès l'abord, et je suis toujours, un lecteur passionné : il n'y a pas d'autres voies pour acquérir une certaine culture. Mais si je me tourne vers ceux de ma génération, les dix ou douze qui ont appris à lire comme moi (mais un peu plus tard), je constate qu'aucun ne lit, sinon par nécessité : la méthode traditionnelle, celle qui est massivement, n'en déplaise au Ministre, utilisée dans nos classes de C.P., produit assez rapidement, certes, des déchiffreurs, mais pas de lecteurs réels. Il y a des exceptions (moi, par exemple), car comme l'on dit parfois, tant vaut le maître, tant vaut la méthode (ce qui n'est pas rigoureusement exact, mais passons).
Justement, dans la préface de ce manuel pieusement conservé, je lis ..." nous présentons lettres et syllabes en graduant la difficulté, selon la vieille ''Méthode analytique'' [en gras dans le texte]..." Quelle erreur d'écrire cela ! C'est tout au plus, une méthode synthétique ! Remarquons ainsi que pas plus hier qu'aujourd'hui, on n'a des idées claires à ce sujet. Mais l'auteur continue : "... par une heureuse conjoncture, notre méthode répond également et pour une grande part à la ''Méthode dite globale'' "[en gras dans le texte]... Là, le fou-rire me prend : ti ti ti re la bo bi ne de li li - ti ti a bu du lo lo, relevant de la méthode globale ! Sacrée bo bi neu ! Voilà au moins un texte qui respecte le besoin de sens apporté à la tâche d'apprentissage !
J'ai sous les yeux l'ouvrage d'Amélie Hanaïde, consacré à la Méthode Decroly, 3e édition, de 1932. À la mémoire du Dr Ovide Decroly, au grand ami des enfants et des maîtres. En témoignage de profonde admiration et grande affection, lit-on en exergue. Ça, c'est vrai ça, comme dirait quelqu'un que nous avons bien connu(e). Mais qui se soucie aujourd'hui de Decroly ?
Mieux vaut lancer d'invraisemblables anathèmes, il n'y a personne pour rectifier, et d'ailleurs personne pour prendre en compte les rectifications. Dans ce gouvernement aux abois, on cherche des dérivatifs, on gesticule parce qu'on est incapable d'agir. Il faudrait voir du côté du "Trop tôt, trop vite", véritable cancer de la pédagogie franchouillarde ; des horaires réduits comme peau de chagrin ; mais aussi du côté de la faible implication, en général, des maîtres (voyez Louis Legrand). Et cesser de proférer des énormités.
J'ai devant les yeux quelques échos rapportant soi-disant (je n'ai pas vu le texte exact) les paroles du Ministre - avant lui, souvenez-vous, le dénommé Ferry (Luc, pour les dames), y était allé des mêmes antiennes (il avait en effet déclaré, à la rentrée scolaire 2003 : "Je déconseille vivement la méthode globale. Le fameux B.A BA reste probablement la meilleure méthode"...) - sur l'éradication de la méthode globale ; je ne sais plus qui a dit que de tels propos relevaient d'un "amateurisme inquiétant". Ce qui n'est pas faux. Mais moi, qui n'ai pas pour habitude de faire dans la dentelle, du haut de mon âge qui est équivalent au tien, ce me semble, et du haut de mon Doctorat, si tu permets, je te le dis, Gilles, tu es un sacré démagogue. Doublé d'un âne bâté.
Qu'on t'apporte un picotin d'avoine. Et quelques grains d'hellébore.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet