Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Bilan de santé d'une sexagénaire

, 19:16 - Lien permanent

J'avais donné du lustre, il y a maintenant huit ans, à un ouvrage un peu iconoclaste qui n'avait connu, évidemment, aucun succès, et qui concernait la situation au sein de l'Éducation nationale : Bilan de santé d'une sexagénaire .
On y trouvait entre autres des propos sensés, mais interdits de révélation dans notre France, sorte d'Union-soviétique-qui-a-réussi (hum), concernant notre école maternelle, que le monde entier nous envie parait-il, mais dont personne n'imite le modèle - ce qui tout de même devrait alerter les esprits sensés.
Or, je viens de le vérifier, ce texte, sur mon site, n'a aucun succès. Il n'a été consulté que 23 fois le mois dernier, tandis que, par exemple, la fameuse (et admirable) lettre de Jules Ferry aux instituteurs, l'a été 436 fois.
Que dit ce texte délaissé (entre bien d'autres choses) ? Qu'il était (est) scandaleux de payer des "professeures" d'école, à bac + 5 ou 6, à passer leurs après-midi tranquilles à surveiller la sieste des bambins ("elles arriveront fraîches à la retraite", me confia jadis quelqu'un de fort compétent en la matière).
Bon, elles ne font pas toutes cela, mais quelle tentation...
J'en ai même vu - et souvent - qui dormaient au milieu des enfants ! Glissons, on va dire que je médis...
Et je suis sûr qu'on pourrait me répliquer sur la dégradation des conditions de travail, et autres vieilles lunes syndicales.
Non, le scandale, pour moi, est ailleurs. C'est que ces personnes sont payées exactement comme leurs collègues du second Degré qui, au même moment, se font ch. à expliquer Le Cid à des classes de Quatrième qui n'en peuvent mais avec leurs SMS, ou qui alignent des intégrales devant des classes de Terminale. Bon.

Mais voilà que je lis dans un journal qu'en Mayenne, le Président du conseil général a pris les choses en main (bravo la décentralisation et l'atteinte au service public, soit dit en passant) : "que des enseignants à bac + 5, 6 ou 7 gardent des enfants qui font la sieste l'après-midi, dans un contexte de pénurie de moyens, ce n'est vraiment plus possible", s'écrie ce brave Monsieur. Et il ajoute : "leur présence se justifie davantage auprès des élèves de grande section ou de CP, etc. etc."
D'où les enfants de deux à trois ans "lourdés" l'après-midi des écoles maternelles, et accueillis dans des "jardins maternels" (bravo l'autonomie du service public - mais s'il ne veut pas se réformer, il est normal que les réformes lui soient imposées).

Rassurons les chers parents : d'une part, cette mesure n'est à l'essai que dans deux communes de la région de Laval ; d'autre part, je suis sûr qu'elle ne pourra qu'être bénéfique à leurs têtes blondes ; mais bon, je ne vais pas expliquer pourquoi, je ne veux pas être lynché tout de suite, j'ai assez de hurlements à mes basques pour l'instant.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet