Bloc-notes

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Crotte réactionnaire

, 16:31 - Lien permanent

On annonce avec quelque retard la disparition d'une conscience véritablement universelle (il fut le premier titulaire - et longtemps le seul - français de la médaille Fields, l'équivalent pour les mathématiques du prix Nobel), authentique homme de gauche de surcroît, Laurent Schwartz.

Il pourra désormais s'adonner sans relâche à la chasse aux papillons.

Les journaux reviennent sur ses démêlés avec le ministre Messmer (Schwartz avait signé le Manifeste dit des 121 alors qu'il enseignait à l'École polytechnique - et ça, aucun Ministre des Armées ne l'eût toléré), sur son attitude pleine de noblesse lors de sa mise à la porte, sur sa réintégration - exigée par ses élèves unanimes (ce qui tend à montrer que, dans ce milieu réputé de droite, on pratique la tolérance et non le fameux Vous avez juridiquement tort, car vous êtes politiquement minoritaire) !

Mais on ne souffle pas mot d'un autre conflit, beaucoup plus grave, à mes yeux.

Président en 1982 de la "Commission du Bilan", Schwartz avait accusé le SNI (Syndicat national des Instituteurs) d'avoir "pratiquement sacrifié son idéal de formation des maîtres dans un but de puissance politique et sociale".
Il fut alors ipso facto traîné dans la boue par ses propres amis (?), en des termes ignobles qui plus est : "Du haut de ses diplômes, [Schwartz] a fait sa crotte réactionnaire et son pensum méprisant" (L'École libératrice n° 15 du 23 I 1982, p. 678).

Le texte est signé de Michel Bouchareissas, alors Président du CNAL (Comité national d'action laïque).

On mesure ainsi la généreuse inspiration de ceux qui prétendent incarner à eux seuls la laïcité, et assumer à eux seuls sa "défense".

Mais n'est-ce pas un autre authentique homme de gauche qui parlait, jadis, dans le Nouvel Observateur, de "cette médiocrité spécifique que secrète trop souvent le syndicalisme enseignant" ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet